ATTACK_Ritala

« Nous pouvons et nous allons être dangereux »

Impact vise la finale du Championnat canadien et doit gagner à Vancouver

Pour les joueurs de l’Impact de Montréal, l’objectif ce soir ne peut pas être plus clair. Une victoire, peu importe comment elle est acquise, qualifierait le club pour la finale du Championnat canadien, où les Montréalais auraient la chance d’obtenir leur billet pour la Ligue des champions l’année prochaine.

Le Vancouver Whitecaps FC et l’Impact de Montréal s’apprêtent à mettre fin à cette phase de la saison ce soir à 21h30 HAE (TVA Sports, TSN, 98,5, TSN 690) et une victoire des visiteurs au BC Place leur permettrait de terminer au sommet de ce mini-tournoi entre les équipes canadiennes de la MLS : la meilleure équipe au terme de ces six matchs obtient un laissez-passer pour la finale du Championnat canadien contre le champion de la CPL.

Devant les Montréalais, on retrouve une équipe qui jouera avec désespoir et qui fera assurément tout en son pouvoir pour gâcher la soirée de l’effectif de Thierry Henry pour se remettre sur les rails dans le classement de l’Association ouest. Et avec la façon dont le dernier match s’est terminé, les émotions devraient être bouillantes dès le début du match, même si l’entraîneur-chef de l’Impact n’en est pas trop préoccupé.

« Je ne pense pas à ça, a dit l’entraîneur-chef Thierry Henry. De mon côté, je pense aux façons qu’ils peuvent nous faire mal et aux façons que nous pouvons leur faire mal. Parfois, il y a des choses qui arrivent dans des matchs qu’on ne peut pas expliquer et c’est ce qui est arrivé l’autre jour. L’arbitre a fait ce qu’il fallait faire et la ligue aussi. Nous, on essaie de jouer au football. Je me concentre sur ça. »

La performance de quatre buts de l’Impact contre l’équipe de la côte ouest canadienne il y a trois jours leur permet de se concentrer seulement sur la victoire, puisque le problème du différentiel de buts est réglé. Trois points de plus permettraient à l’Impact de revenir au niveau du Toronto FC, mais les Montréalais auraient l’avantage sur tous les bris d’égalité avec un résultat gagnant, que ce soit les buts marqués ou les buts marqués à l’extérieur, l’un ou l’autre.

Ce que l’Impact aura à gérer, cependant, c’est comment réagir s’ils prennent une avance d’un but, savant très bien que c’est assez pour qualifier l’équipe en finale, et ce, même si Thierry Henry a montré dans le passé qu’il n’est pas le genre d’entraîneur à s’asseoir sur une avance.

« On veut avancer, marquer des buts et jouer du soccer divertissant, a dit le défenseur Jukka Raitala. Si on marque le premier but, on veut en marquer un deuxième ou un troisième. On ne peut pas aborder ce match avec la mentalité de gagner 1-0. On veut marquer le plus de buts possible. »

« Le mot complaisance n’est pas dans mon dictionnaire. Je n’en parle pas, a dit Henry. Je parle toujours de gagner des matchs, d’aller vers l’avant. Parfois, ça n’arrive pas, donc je dois rectifier quelques trucs. On ne parle pas du fait que ça va être un match facile ou que nous les avons battus deux fois déjà. On ne pense pas à ça. Du tout. Un match à la fois. Ce qui est arrivé dans le passé reste derrière nous. On doit respecter l’adversaire et être prêts. »

Les deux équipes seront sans des pièces essentielles : le milieu de terrain de l’Impact, Emanuel Maciel, et l’attaquant des Whitecaps, Lucas Cavallini, sont suspendus en raison des cartons rouges dont ils ont écopé dimanche. La fatigue sera aussi un facteur, l’Impact s’apprêtant à jouer un troisième match en huit jours, avec un autre à l’horizon, ce dimanche à 19h contre le Philadelphia Union (TVA Sports, TSN, 98,5, TSN 690).

Mais si les deux premiers matchs entre les rivaux canadiens sont des signes avant-coureurs, on peut s’attendre à un match divertissant de football ce soir.

« Nous pouvons et nous allons être dangereux », a conclu Raitala.

Topics: