berneir_2020_tb_gm

Bernier se souvient de la première victoire au Stade Saputo

L’ancien capitaine avait été dominant avec trois passes décisives

Pour un gars comme Patrice Bernier, dont la carrière a duré presque 20 ans, passant par plusieurs clubs et beaucoup de match, on s’attend à ce que tout ça devienne un peu flou à la fin. Comment se souvenir de tant de détails de tous ces affrontements contre toutes ces équipes à travers le temps?

Mais quand je l’ai appelé hier pour parler de la victoire de 4-1 de l’Impact face au Seattle Sounders FC en 2012, la première victoire des Montréalais en MLS au Stade Saputo, la mémoire de Bernier était éléphantesque.

« Felipe avait marqué, Mapp aussi, Wenger aussi, mais je ne me souviens jamais du dernier. Lamar [Neagle] peut-être? J’ai donné la passe décisive sur les autres buts, mais je ne me souviens jamais du quatrième. »

C’était bien Lamar Neagle qui avait marqué cet ultime but dans une victoire convaincante de 4-1 contre les Sounders et Bernier avait bel et bien servi trois passes décisives – toutes plus spectaculaires les unes que les autres.


« C’était notre premier match au Stade Saputo, a expliqué Bernier. Le Stade olympique c’est bien, mais ici, on est plus près des supporters. Quand ça va bien, on dirait qu’il y a beaucoup plus de monde. Je me souviens surtout de ma troisième passe. Le ballon bondissait et je l’ai contrôlé en me repositionnant vers l’avant. J’ai dû doser ma passe à Wenger pour qu’il marque. »

Une année de premières

2012 a été une année avec plusieurs hauts et bas pour l’Impact de Montréal, les petits nouveaux en MLS qui essayaient de se démarquer. L’équipe était constituée d’un mélange de Canadiens, d’Américains, de joueurs internationaux et de locaux, mais il y avait surtout des joueurs avec de l’expérience MLS, comme Justin Mapp et Lamar Neagle, entre autres.


« C’était le début de tout, a dit Patrice Bernier. On était une équipe qui ne se connaissait pas vraiment, qui essayait de prendre sa place dans la MLS. C’était la découverte. L’Impact de Montréal existait déjà, donc on voulait montrer qu’on était plus qu’une nouvelle équipe. On était peut-être les nouveaux en MLS, mais on avait une histoire. On voulait faire notre marque dans la ligue. »

Le début de cette mission a commencé de façon un peu précaire pour les hommes de Jesse Marsh. Tel que mentionné par Bernier, les joueurs prenaient encore le temps d’apprendre à se connaitre et de construire une chimie, un processus que toutes les équipes d’expansion doivent traverser.

L’Impact a finalement remporté son premier match après six rencontres, un gain de 2-1 face au Toronto FC à la maison. Les Montréalais ont ajouté deux victoires de plus face à Portland et au Sporting Kansas City, sans toutefois trouver de la constance dans leur jeu.


Le match d’ouverture au Stade Saputo était donc un moment énorme pour cette équipe. Les premières impressions sont toujours importantes, et celle-ci était le test ultime. Contre une équipe de Seattle qui avait la réputation d’être parmi les meilleurs clubs de la MLS, l’Impact a joué son match le plus dominant jusqu’à ce point, gâtant les supporters avec quatre buts spectaculaires.

« C’était un spectacle offensif ce match, a dit Bernier. On n’était pas juste l’Impact, une nouvelle équipe dans la ligue qui allait subir contre tout le monde. En tant qu’équipe, on a dit qu’on peut être menaçant offensivement. Seattle était une bonne équipe dans la ligue, donc c’était un bon message à envoyer et les autres savaient maintenant que ça allait être difficile pour eux au Stade Saputo. »

Ce match sera diffusé en direct sur le site de l’Impact dès 19h30 ce soir. C’est à ne pas manquer!

Topics: