effet_thierry_202_

L’effet Henry

Les joueurs s’expriment sur leur nouvel entraîneur-chef

Les joueurs de l’Impact sont en Floride depuis déjà plusieurs jours, prenant part à leur camp d’entraînement de présaison avec le nouvel entraîneur-chef Thierry Henry. L’équipe s’applique dès maintenant à mettre en œuvre une nouvelle philosophie à l’approche de la Ligue des champions de la Concacaf, alors que l’Impact affrontera le club costaricain Deportivo Saprissa en huitièmes de finale, le match aller ayant lieu le 19 février en Amérique centrale.

L’ancienne gloire du soccer international laisse jusqu’ici une excellente impression sur sa nouvelle équipe.

« Ce qu’on aime tous de Thierry, c’est qu’il y a un peu de ce swagger qui l’entoure, déclare le milieu de terrain Shamit Shome. Ce swagger qu’il a sur et hors du terrain se transmet aux joueurs. C’est bien d’avoir ce petit quelque chose de plus quand on est sur le terrain, cette confiance de plus. Il est très bon avec les joueurs en privé et pour communiquer ce qu’il veut. Je pense que c’est très important pour nous aider à nous améliorer individuellement. »

Dès les premiers jours, on a remarqué que la légende d’Arsenal est un entraîneur-chef très impliqué. Il ne se gêne pas pour arrêter les séances autant de fois qu’il juge nécessaire, faisant ses corrections et passant autant de temps avec un joueur qu’il le faut.

De plus, la clarté de son message est très appréciée par les joueurs jusqu’à maintenant.

« On se parle beaucoup, affirme le milieu de terrain Samuel Piette. Tu vois que c’est quelqu’un qui aime son foot et qui veut partager ses idées avec nous. Évidemment, il y a une nouvelle philosophie qui va s’installer au sein du groupe. Ça va prendre du temps, mais jusqu’à présent, tout se passe bien. »

L’Impact aura cependant un peu moins de temps pour se préparer cette année. Bien que le camp d’entraînement du club montréalais a commencé une semaine plus tôt que d’habitude, la saison commence peu après la mi-février. Ainsi, Henry et son personnel technique ont tout de suite attaqué le côté tactique, leurs séances d’entraînement présentant un mélange d’exercices d’aptitude et de situations de jeu.

Cette structure permet au pilote montréalais de transmettre rapidement son message au groupe, qui travaille maintenant à sa mise en œuvre durant ce camp d’entraînement d’un mois dans le Sunshine State.

« La façon qu’il veut qu’on joue et qu’on défende est très claire, a ajouté Shome. Avoir cette structure en place va faire une différence. Ça nous donne confiance de savoir comment nous allons jouer, comment on va attaquer et comment on va défendre. Maintenant, il faut exécuter. Si nous pouvons le faire, nous savons que nous aurons du succès. À l’entraînement, quand on fait bien les choses, on marque des buts et on crée beaucoup de chances. »


Inspiré par Klopp

Même s’il a atteint son statut de légende avec les Gunners en première division anglaise, l’inspiration d’Henry vient d’un rival d’Arsenal. Liverpool et son entraîneur-chef Jurgen Klopp dominent le monde du soccer cette année et sont sur le point de réussir le type de saison qu’Henry avait réussi avec Arsenal en 2003-04, alors qu’ils ont été surnommés les Invincibles.

Cette philosophie du football, qui combine la possession avec la contre-attaque rapide, pourrait faire partie de l’identité montréalaise en 2020.

« Il parle souvent de Liverpool comme le club moderne qui s’est forgé une nouvelle identité, a dit le gardien Evan Bush. Ils peuvent bien garder le ballon, mais ils savent saisir leurs opportunités lorsqu’ils peuvent rapidement attaquer. Ils ne gardent pas le ballon simplement pour garder le ballon. De ce point de vue, tu attires l’autre équipe et tu les fais courir. Il a mentionné qu’il aime humilier les autres équipes, mais de la bonne façon : en les faisant courir et en les fatiguant. Ça a du sens. »

Topics: