demi-finales_19_fr

Les séries éliminatoires de la Coupe MLS

La première ronde met en valeur le nouveau format excitant

On s’attendait à voir un peu de controverse à propos du nouveau format des séries éliminatoires de la MLS. Au lieu d’une série aller-retour chaque ronde jusqu’à la finale, dorénavant, un seul match déterminera qui continue sa route vers le prochain tour et qui s’en va à la maison.

Inutile de dire que ce scénario a permis de voir des matchs très excitants en première ronde des séries éliminatoires de la Coupe MLS.

On l’entend souvent dans le sport : tout peut se passer dans un seul match. C’est précisément ce que les critiques de ce nouveau format avaient à dire quand la MLS a annoncé ces changements. Un seul match décisif donne une plus grande chance au négligé, puisque tout peut arriver en 90 minutes, alors que la meilleure équipe peut démontrer toute sa qualité sur deux matchs.

Ces préoccupations ont été mises de côté assez vite dans la première ronde, l’équipe à domicile remportant cinq des six matchs de la fin de semaine.

Plongeons en détail dans ces matchs :

Atlanta United 1-0 New England Revolution

Ces deux équipes de l’Association Est ont donné le ton pour les matchs suivants, le New England appliquant de la pression haut sur le terrain dès la première minute, alors que l’entraîneur-chef Frank de Boer a implémenté une tactique similaire. Le résultat : un match ultra-offensif, permettant aux lignes défensives des deux équipes de se démarquer.

Finalement, c’est un changement tactique en deuxième demie qui aura été déterminant. De Boer a fait monter sur le terrain un quatrième défenseur, ce qui a permis au marqueur du but gagnant, Franco Escobar, de s’avancer plus souvent sur le côté droit.


C’était une bonne stratégie, surtout qu’Escobar a trois buts en six matchs de séries de la Coupe MLS, comparé à deux buts en saison régulière.

Philadelphia Union 4-3 New York Red Bulls

Ceux et celles qui étaient à la recherche de soccer excitant la fin de semaine passée n’ont pas été déçu(e)s par ce match. L’Union, qui accueillait les Red Bulls à domicile, s’est retrouvé dans l’eau chaude tôt dans ce match, les Red Bulls prenant des devants 2-0, puis 3-1 avant la mi-temps.

La situation était loin d’être idéale pour les supporters de l’Union et tout indiquait que les Philadelphiens devraient attendre au moins une autre année pour voir la première victoire de leur club en séries éliminatoires.

Jack Elliot a réduit le déficit tôt en deuxième demie et l’entraîneur-chef Jim Curtin s’est mis en marche; Fabrice-Jean Picault est entré dans le match à la 72e minute et ça ne lui a pris que six minutes pour marquer le but égalisateur. Marco Fabian est monté au jeu à la 103e minute et il a marqué le but gagnant deux minutes plus tard, la passe décisive venant de – vous l’aurez deviné – Picault.

Toronto FC 5-1 D.C. United

Sans l’attaquant Jozy Altidore, contre une équipe qui n’avait pas accordé de but en cinq rencontres, l’entraîneur-chef Greg Vanney avait une décision à prendre : qui jouera en pointe? Vanney a opté pour le Joueur désigné Alejandro Pozuelo, qui occupe habituellement un rôle beaucoup plus central.

Ce n’était pas une mauvaise décision au bout du compte, puisque le but du TFC pour ouvrir la marque est venu d’un retour d’un tir de l’Espagnol. Malgré le fait que le DC United a pu égaliser avec le dernier coup de pied du match, les Reds ont marqué quatre buts en temps supplémentaire pour s’assurer d’une victoire de 5-1.

C’est donc la fin de l’ère Wayne Rooney dans la capitale étasunienne. La légende anglaise rejoindra maintenant le Derby Country en tant que joueur-entraîneur. On attend le film.

Seattle Sounders 4-3 FC Dallas

Les statistiques étaient contre les Texans avant ce match. Les Sounders ont été construits pour avoir du succès dans le tournoi automnal et n’ont pas perdu un match de séries au CenturyLink Field à leurs neuf dernières tentatives.

Le FC Dallas, de son côté, a gagné un seul match à Seattle dans son histoire – en 2011. Cela dit, les Toros semblaient vouloir mettre fin à cette séquence, revenant de l’arrière deux fois pour amener le match en temps supplémentaire.

Donnons le crédit au FC Dallas qui n’a jamais arrêté d’y croire, mais c’était une soirée où tout réussissait à Jordan Morris. Il a marqué le but gagnant – sa troisième réalisation de la soirée – à la 113e minute.


La victoire est allée à la meilleure équipe dans ce match, malgré la marque serrée. Le Real Salt Lake a été particulièrement dominant en première demie, contrôlant le jeu et créant de nombreux problèmes à la défense adverse avec son rythme effréné.

Les Timbers ont répondu en pressant plus haut en deuxième demie, nivelant la marque et forçant le gardien Nick Rimando à faire quelques arrêts-clés, mais le but gagnant du RSL à la 87e minute était certainement mérité.

Minnesota United FC 1-2 LA Galaxy

À la fin, le destin n’était pas avec le Minnesota. Jouant leur premier match de séries en MLS devant un Allianz Stadium plein à craquer, les Loons avaient tout ce qu’il leur fallait pour obtenir le résultat espéré, accueillant le LA Galaxy dans un stade où ils n’avaient perdu qu’un seul match cette saison. Pour en rajouter, le lion autoproclamé Zlatan Ibrahimovic était endormi, ne réussissant que deux tirs cadrés.

Finalement, la différence s’est jouée dans le dernier tiers. Si le Minnesota a été dominant au niveau de la possession, il leur a manqué de qualité pour finir le jeu devant le but.

Le Galaxy, de son côté, a été décisif, grâce à ce genre de finition :


Il est difficile de croire que le Minnesota ne méritait pas un sort différent, mais en même temps, la demi-finale de l’Ouest entre les deux clubs de Los Angeles semble assez intéressante merci. 
Topics: