NICO_GAGNON)21919

Gagnon savoure l’expérience FFF

L’entraîneur-chef des U15 est le quatrième montréalais à participer à la formation

Après Philippe Eullaffroy, Wilfried Nancy et Serge Dinkota, un autre entraîneur de l’Impact a pu profiter du partenariat éducatif entre la MLS et la Fédération française de football.

Dans la quatrième édition du programme, l’entraîneur-chef des U15, Nicolas Gagnon, devient le quatrième membre de l’Impact à se joindre aux 19 autres entraîneurs de la ligue, cette fois à Clairefontaine, en France, pour la première semaine de la formation, qui s’est déroulée au début septembre.

Gagnon, qui avait discuté en profondeur avec ceux qui y avaient déjà participé, avait de nombreuses attentes quand il a su qu’il allait y participer – et il n’a pas été déçu.

« Tout le monde qui avait cette formation m’a dit qu'on n'a pas le choix de progresser, a dit l’entraîneur-chef Nicolas Gagnon, maintenant de retour après la fin de la première partie du programme. C’est l’une des meilleures formations au monde et on en ressort grandi, ce qui n’est pas nécessairement le cas avec toutes les formations. »

Le programme commence à Clairefontaine, en France, où on combine théorie et séances sur le terrain pour la première semaine, et où les entraîneurs de la MLS se familiarisent avec les méthodologies et les pédagogies de la FFF. Le soir, ils ont des devoirs : des analyses vidéo de différentes positions, de joueurs et de styles de jeu, détaillant tout ce qui est attendu de chaque joueur à chaque position.

« Ça m’a fait réfléchir énormément, pas juste au jeu, mais comment faire réfléchir les joueurs aussi pour les faire progresser, surtout au niveau de leur prise de décision, a expliqué Gagnon. Il faut donner des contraintes, des variantes, qui vont poser des problèmes aux joueurs qu’ils devront résoudre. C’est important que les joueurs apprennent à résoudre ces problèmes qui se présentent par eux-mêmes, mais aussi avec des interventions précises de l’entraîneur. »

La première semaine à Clairefontaine est suivie d'une semaine d'immersion dans des clubs européens, où les entraîneurs reçoivent des instructions pratiques rigoureuses de la part de la direction du club sur les styles d'entraînement que la maison prône.

Gagnon, de son côté, a passé sa deuxième semaine sur le Vieux Continent avec le géant portugais du S.L. Benfica. 

« Le club en soi, c’était un rêve, a dit Gagnon. L’unité entre les professionnels jusqu’aux U6, c’est incroyable. Il y a une coordination entre tous les étages du club. Ils travaillent de la même manière, mais c’est adapté selon l’âge. Il y a une vision qui part d’en haut et qui traverse le club entier. »

Gagnon est maintenant de retour à Montréal à la barre de l’équipe U15, qui joue ses matchs en US Soccer Development Academy, lui permettant d’affronter des adversaires de haut calibre chaque fin de semaine. La deuxième phase de la formation se passera en novembre; le temps passera sûrement plus vite qu’à l’habitude pour Gagnon d’ici là.

« C’est une super opportunité, a ajouté Gagnon. En tant qu’entraîneur, une de mes missions est de devenir le meilleur entraîneur possible, peu importe le niveau ou l’équipe que j’entraîne. Je veux aider mes joueurs le plus possible et aider les jeunes à accomplir leurs objectifs. Cette formation me permet de me remettre en question en tant qu’entraîneur pour être capable de mieux accompagner les jeunes. Je suis content parce que j’avais soif d’y aller pour apprendre. »

Pour compléter le programme EFCL, chaque participant doit avoir sa licence d’entraîneur A de Canada Soccer ou de la USSF avant l’examen final à la fin de la formation de 12 mois. À la conclusion, tous les participants qui ont réussi obtiennent la Elite Formation Coaching License (EFCL).

Créé en 2013, ce partenariat a déjà permis à plus de 60 entraîneurs d’obtenir leur licence EFCL, incluant l’entraîneur-chef du FC Dallas Luchi Gonzalez, l’entraîneur-chef du Toronto FC Greg Vanney, l’entraîneur-chef par intérim du Real Salt Lake Freddy Juarez et le directeur technique des Seattle Sounders Marc Nicholls.

 

Topics: