DiTullio_2019

Un visage familier à l’Académie

Une conversation avec Jason Di Tullio, l’entraîneur de l’équipe U17

Par un après-midi très normal au Centre Nutrilait, sur le terrain de gauche, le directeur de l’Académie, Philippe Eullaffroy, et l’équipe U19 se préparaient pour les matchs de la fin de semaine. C’est le Philadelphia Union qui visitait le Centre Nutrilait en US Soccer Development Academy, un adversaire difficile qui allait mettre les trois équipes de l’Académie au défi.

Sur le terrain de droite, l’entraîneur-chef Jason Di Tullio et l’équipe U17 se préparaient pour le même adversaire. Di Tullio et ses hommes étaient invaincus à l’approche de ce match, qui aura finalement été une défaite de 3-2 contre les représentants philadelphiens. Les Montréalais demeurent tout de même au premier rang de leur division avec quatre victoires en cinq matchs.

« On a des qualités individuelles à chaque position, a dit Di Tullio. Tous les joueurs de mon équipe méritent d’être ici. J’ai deux joueurs à chaque position, donc j’ai des décisions à prendre chaque semaine pour voir qui va commencer et les joueurs le savent. C’est ce que j’aime le plus de mon travail : j’ai des options. Il y a des joueurs avec beaucoup de qualités. De mon côté, j’essaie d’intégrer de la passion et de l’énergie chaque jour dans nos séances. Nos séances sont intenses, mais c’est comme ça qu’ils apprennent, parce que si tu t’entraînes avec intensité, tu joues avec intensité. »

Pour Di Tullio, cette nouvelle position est synonyme de retour à la maison; le natif de Montréal a évolué comme joueur avec le club de 2002 à 2007, avant d’annoncer sa retraite. Il est revenu en 2011, à l’ouverture de l’Académie, prenant les rênes de l’équipe U16, avant de devenir le pilote de l’équipe U18. Il a finalement été appelé à devenir entraîneur-adjoint avec la première équipe, une position qu’il a occupée de 2015 à 2017.

« Quand j’ai reçu l’appel de Philippe Eullaffroy et ensuite de Patrick Leduc, j’étais enthousiaste, surpris… j’ai traversé plusieurs émotions, a dit Di Tullio. Être loin du club après avoir passé tant de temps ici – je le suivais toujours, mais c’était différent. Tout le monde sait que je veux être sur le terrain. Je veux sentir la sueur, ressentir l’intensité et inspirer le plus de joueurs possibles. »

Maintenant, deux ans et demi plus tard, c’est comme s’il n’était jamais parti.

« C’est exactement ce à quoi je m’attendais, et même plus, a ajouté Di Tullio. L’Académie a évolué depuis que j’étais ici. Ils ont de nouvelles méthodologies et de nouvelles façons de travailler, et tout le crédit va à Phil [Eullaffroy, le directeur de l’Académie] et son équipe. Ils pensent constamment à comment ils peuvent s’améliorer. Quand je vois la qualité des joueurs sur le terrain, mais aussi à l’extérieur, la première chose que je remarque, c’est la progression. »

Di Tullio se fait entendre sur le terrain, quelque chose qui n’a pas changé chez lui; s’il aime une action, on l’entend crier : « J’adore! » et il intervient pendant le jeu s’il y a quelque chose à corriger.

Di Tullio a de l’expérience avec les jeunes; outre son temps passé à l’Académie de l’Impact, l’ancien joueur avait aussi ouvert l’École de Soccer Di Tullio-Ribeiro. Il a aussi vu plusieurs jeunes faire le saut de l’Académie à la première équipe pendant ses années en tant qu’entraîneur-adjoint de la première équipe.

« À cet âge-ci, ils pensent avoir beaucoup de temps, a dit Di Tullio. On doit être patients en tant qu’équipe d’entraîneurs. On a un groupe avec beaucoup de talent, mais ils manquent de maturité dans leur jeu sur le terrain et à l’extérieur. Ils n’en ont pas encore souffert. De mon côté, j’essaie d’amener de la discipline tactique et de la maturité au groupe. »

Avec une fiche de quatre victoires et une défaite cette saison, l’Impact U17 est en très bonne position. Son prochain adversaire sera le Baltimore Armour FC, alors que les équipes de l’Impact en USSDA se déplaceront à Ellicott City, au Maryland, cette fin de semaine.

Topics: