WILMER_CAB_939

Entre guillemets : Wilmer Cabrera rencontre les médias

L’entraîneur-chef Wilmer Cabrera et le président Kevin Gilmore s’adressent aux médias

Un nouvel homme est aux commandes de la première équipe de l’Impact : l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera, présenté aux médias pour la première fois aux côtés du président Kevin Gilmore, prendra les rênes de l’effectif montréalais. L’entraîneur-chef et l’ancien joueur international colombien se joint à l’Impact avec un tas d’expérience et une carrière en tant que joueur qui a duré plus de 20 ans à travers l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale.

Son objectif avec l’Impact est simple et clair. Avec sept matchs à jouer en saison régulière, l’Impact occupe toujours le dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires de la MLS dans l’Est; se qualifier pour le tournoi automnal est toujours une priorité. Il y a aussi la finale du Championnat canadien qui approche, l’Impact affrontant son rival, le Toronto FC, dans une série aller-retour pour tenter de remporter la Coupe des Voyageurs pour la première fois depuis 2014.

Ironiquement, notre rival ontarien est aussi le prochain adversaire de l’Impact, ce samedi à 19h30 au BMO Field (TVA Sports, TSN, 98,5, TSN 690). Trois matchs contre le grand rival en moins d’un mois seront assurément intenses, surtout que les deux équipes sont à égalité en termes de points, mais c’est l’occasion parfaite pour le nouvel homme en charge de s’accoutumer à la manière de faire les choses à Montréal.

Voici quelques faits saillants de la conférence de presse :


L’entraîneur-chef Wilmer Cabrera

Sur ses objectifs avec l’Impact

« Je suis ici au service du club. Comme je l’ai dit aux joueurs ce matin, je suis ici pour les aider. Je veux être un outil pour qu’ils puissent accomplir leurs objectifs. La seule façon de le faire est en travaillant ensemble. C’est mon but en arrivant ici. Je suis sûr que les joueurs veulent la même chose. Maintenant, la première étape sera le match de samedi. »

Sur sa philosophie

« L’idée n’est pas de les forcer à s’adapter à ma philosophie, mais de les aider à obtenir du succès avec ce qu’ils ont déjà à leur disposition, en faisant des ajustements. J’ai passé deux soirées à regarder et à analyser les matchs de l’Impact pour essayer d’aider cette équipe. On a parlé des coups de pied arrêtés, car c’est un aspect du jeu avec lequel on a de la difficulté en ce moment. »

Sur son style d’entraîneur

« Le fait que je suis ici montre que je prends des risques. Je veux que mes joueurs prennent des risques. Parce que quand tu prends des risques, tu peux perdre ou faire match nul, mais tu peux aussi gagner. Peu importe, on va toujours dire qu’on a fait de notre mieux pour essayer de gagner. Comment peut-on prendre des risques mesurés pour essayer de battre nos adversaires? C’est ce que je veux apporter. »

Sur le rôle des joueurs

« Les entraîneurs, c’est bien, mais le plus important, c’est les joueurs. C’est le sport des joueurs. On est ici pour les rendre meilleurs en leur donnant les bons outils. Je le comprends et c’est pour ça que je suis ici aujourd’hui. L’Impact a des joueurs avec beaucoup de talent et un bon effectif. Il y a de la qualité et de la discipline. Mon rôle maintenant est de mettre un plan en place pour les aider à faire des ajustements. »

Sur les jeunes joueurs

« À un certain moment, les jeunes doivent jouer. C’est pour ça qu’ils sont dans l’équipe. Il y a plus ou moins 30 ans, un jeune de 17 ans en Colombie a dû jouer parce qu’il y avait plusieurs blessées, donc il a joué. Sa carrière a ensuite duré 20 ans. C’est mon travail. J’ai vécu et traversé ces expériences. Si on a besoin d’un jeune joueur, on doit le faire jouer. On ne peut pas avoir peur. Il faut prendre ce genre de risque. Il peut être un joueur fantastique, mais on ne le saura jamais si on ne lui donne pas la chance. »

Topics: