CORRALES_GM_19

Une semaine unique pour Jorge Corrales

Le Cubain commence son premier match deux jours après avoir rejoint sa nouvelle équipe

C’est une semaine assez unique que le nouveau latéral de l’Impact, Jorge Corrales, a vécue. Le défenseur cubain a été échangé à la date limite de la fenêtre des transferts en MLS, mercredi dernier, par le Chicago Fire à l’Impact de Montréal.

Ça a ensuite déboulé rapidement pour Corrales, qui a rejoint ses nouveaux coéquipiers à Montréal le lendemain matin, participant à son premier entraînement. Vendredi, il s’est encore entraîné avant de se joindre à l’équipe en direction de – vous l’avez deviné – Chicago, où l’Impact a affronté le Fire, samedi.

Puis, Corrales a obtenu une première titularisation contre l’équipe qui était la sienne, quatre jours auparavant.

« Je ne m’y attendais pas, a dit le défenseur Jorge Corrales. Je m’entraînais comme tous les autres jours à Chicago et l’entraîneur-chef m’a appelé dans son bureau pour tout m’expliquer. C’est comme ça dans le foot et dans la vie. On doit profiter des opportunités qui se présentent à nous et donner notre maximum. »

Corrales en a bien profité, offrant une passe décisive sur le but égalisateur de l’Impact à la 76e minute, un centre parfait pour Bacary Sagna au deuxième poteau. Le Cubain a aussi complété 49 passes pour un taux de réussite de 86% sur 90 minutes.

Défensivement, il a été solide, rentrant dans les tacles sans hésitation et récupérant souvent le ballon dans le tiers défensif.


« Je travaille fort et je mets toujours l’équipe en premier, a dit Corrales. Si je dois mourir sur le terrain, je le ferai. Quand le match est difficile, je suis la personne qui aide l’esprit d’équipe et qui amène de l’énergie à l’effectif. »

Ce n’est pas le premier échange de la carrière de Corrales. En 2016, en NASL, le latéral a été échangé par le Miami FC aux Fort Lauderdale Strikers. La distance entre les deux villes est un peu plus grande cette fois-ci, mais l’expérience de ce premier échange l’aidera certainement à s’adapter rapidement.

Jusqu’à maintenant, Corrales se réjouit de son expérience canadienne.

« C’est vraiment bien. C’est la première fois que mes coéquipiers prononcent bien mon nom, malgré que ce soit difficile à prononcer, a-t-il blagué. Il y a beaucoup de bons gars ici et l’entraîneur-chef est très bon. J’espère qu’on pourra se qualifier pour les séries, parce que c’est ce qu’on veut. »

Topics: