CANADA_SOCCER_20

Le Canada à la Gold Cup, une opportunité de prendre sa place

L’équipe nationale a le groupe le plus talentueux depuis longtemps

Tranquillement, le Canada se refait une réputation sur l’échiquier mondial du soccer. Présentement 78e au monde, le plus haut classement de la sélection nationale depuis 2012, le pays s’est classé dans la Ligue A de la Ligue des Nations de la Concacaf, restant invaincu durant la phase qualificative, et malgré un échec en qualifications pour la Coupe du monde 2018, s’est rendu en quarts de finale de la dernière édition du tournoi continental, en 2017. Maintenant, à l’aube de la Gold Cup 2019, qui se déroulera du 15 juin au 7 juillet aux États-Unis majoritairement, avec quelques matchs organisés au Costa Rica et en Jamaïque, les troupes du sélectionneur John Herdman, desquelles font partie les joueurs de l’Impact Zachary Brault-Guillard et Samuel Piette, forment probablement l’équipe la plus talentueuse de l’histoire du soccer masculin canadien – qui n’a d’ailleurs perdu aucun match depuis 2017.

Bien sûr, Piette, titulaire indiscutable ayant déjà accumulé 41 matchs avec les Rouges, fera un grand bien en sentinelle devant une défense de plus en plus confiante, qui n’a accordé qu’un but en quatre matchs qualificatifs pour la Ligue des Nations, et devrait patrouiller le milieu de terrain avec l’expérimenté Atiba Hutchinson et le dynamique Scott Arfield, en plus du Torontois Jonathan Osorio et de l’Angeleno Mark-Anthony Kaye qui sont aussi dans le portrait. Sur les ailes, le joyau du Bayern Munich Alphonso Davies est champion en titre du soulier d’or de la Gold Cup et avait aussi gagné le prix du Jeune joueur par excellence il y a deux ans. Il sera appuyé dans le département offensif par Junior Hoilett, joueur de Premier League cette saison avec Cardiff City, par Lucas Cavallini, figure importante de l’équipe nationale depuis quelques années, par Cyle Larin, l’ancien d’Orlando City SC rendu à Besiktas, et par la sensation Jonathan David, le jeune Ottavien de 19 ans qui fait tourner les têtes depuis ses débuts professionnels à Gent, en Belgique.

« Avec l’équipe qu’on a, les joueurs qu’on a, la qualité et l’équipe d’entraîneurs dédiée à amener le Canada à un autre niveau, je pense qu’on peut faire un excellent résultat, a insisté Piette. En 2017, on a fait un bon résultat en se rendant en quart de finale et on aurait pu passer à travers la Jamaïque. Je pense qu’on peut pousser encore plus comparé à la dernière édition. »

Deux fois champion continental et une fois gagnant de la Gold Cup, en 2000, le Canada a fait son meilleur résultat en 10 ans au dernier tournoi de la Concacaf, s’inclinant dans un match serré contre la Jamaïque. Cette année, avec Cuba, la Martinique et le Mexique dans leur groupe, les Canadiens sont favoris pour progresser, même si la pole position reste un défi contre El Tri.

« Je suis honoré et fier de participer à la Gold Cup avec le Canada; c’est une nouvelle expérience dans ma jeune carrière, a souligné Brault-Guillard. On a un très bon groupe collectif, de bons individuels et on vit bien tous ensemble. John Herdman a un très beau projet de jeu. Sur tous les postes, on est assez bons, on a de la qualité et de la jeunesse. On est bien devant et derrière. On va tout faire pour faire de grandes choses et représenter le mieux possible notre pays. »

La nouvelle ère de l’équipe canadienne masculine est déjà bien entamée, mais pour plusieurs, la Gold Cup 2019 sera la première occasion de voir ces messieurs à l’œuvre, et ça commence ce samedi 15 juin à 19h30 contre la Martinique, au Rose Bowl de Pasadena. On vous conseille fortement d’embarquer dès maintenant dans le traineau canadien; avec la perspective lointaine de la Coupe du monde 2026 qui aura lieu dans les trois contrées d’Amérique du Nord, on devrait voir avant longtemps le Canada entrer dans la cour des grands.

Topics: