Lovitz HOU

Trois points à Houston, c’est possible

Trois éléments à surveiller au Texas du côté des Montréalais

L’Impact nous a fait plaisir, mais nous a aussi causé un peu de stress samedi dernier à San Jose. Après avoir concédé le premier but à la 11e minute, le Bleu-blanc-noir est revenu de l’arrière en première mi-temps grâce au talent offensif présent dans l’équipe, puis a survécu à une deuxième mi-temps jouée largement sans le ballon grâce au fort esprit d’équipe – et certainement aussi à la préparation physique du camp d’entraînement – pour obtenir trois précieux points sur la route.

Le scénario est passablement différent ce samedi, contre le Houston Dynamo, à compter de 17h HNE (TVA Sports, 98,5, TSN 690). Les Texans sont en train de disputer leur quart de finale de Ligue des champions de Concacaf, s’étant inclinés 2-0 contre les Tigres UANL mardi à domicile lors du match aller. On pourrait dire qu’ils ont d’autres chats à fouetter, même si on ne s’attend pas à les voir capituler dès la première minute contre les Montréalais; souvenons-nous toutefois du début de saison MLS de l’Impact en 2015, alors que l’équipe jouait des matchs remplis d’émotions en compétition continentale. Bref, il y a un coup à jouer au BBVA Compass Stadium cette fin de semaine et voici comment le Bleu-blanc-noir pourrait y arriver.

  1. Passer par le milieu

Les forces offensives de Houston sont assurément sur les côtés; Quioto et Elis sont des ailiers rapides qui sont à l’aise en phase de transition ou en contre-attaque. C’est pourquoi on voit le Dynamo jouer la plupart du temps dans un 4-4-2 assez plat, où des espaces existent dans les interlignes et au cœur du milieu du terrain. Ça tombe bien, parce qu’avec trois milieux de terrain centraux et un attaquant qui aime bien décrocher et s’offrir en pivot en Maxi Urruti, les combinaisons de passes montréalaises permettront aux hommes de Rémi Garde de jouer un peu plus avec le ballon.

  1. Presser sur les côtés

L’essentiel de la pénétration du Dynamo se fait par les ailiers, lancés par des longs ballons soit en profondeur, soit en diagonale, de la part des défenseurs latéraux. Sans le ballon, l’Impact devra être vigilant lorsque ce genre de situation se présente et mettre de la pression sur le porteur du ballon pour compliquer sa tâche, ainsi que pour créer des opportunités de contre-attaque rapide.

  1. Dicter le rythme

Avec les distractions continentales, si le Bleu-blanc-noir peut gérer le rythme du match et forcer les joueurs en orange à courir d’un côté et de l’autre, on verra encore plus d’espaces s’ouvrir pour les attaquants montréalais. La polyvalence des styles de jeu de l’Impact l’aidera également contre une équipe qui n’a cadré qu’une seule frappe à ses deux derniers matchs.

Topics: