Le journal de bord d’Impact Média – Jour 11

Retour au travail après une journée de congé

Les joueurs et l’équipe technique du Bleu-blanc-noir ont profité d’une petite journée de congé, jeudi, après une semaine de labeur intense. Cette première semaine du camp, cruciale mais exténuante, avec ses trois séances d’entraînement quotidiennes, a culminé avec le premier match préparatoire de l’Impact, avec le résultat que l’on connaît. Maintenant, avec les bases et les apprentissages d’une première situation avec un adversaire en face, le temps est venu de pousser un peu plus les côtés technique et tactique.

Dès 9h, l’autobus quitte l’hôtel à Sarasota, direction les terrains du Premier Sports Campus à Lakewood Ranch, à environ une demi-heure de route. Là-bas, on commence sur les chapeaux de roue; le préparateur physique Robert Duverne guide ses ouailles à travers le réchauffement et des exercices sans le ballon. Les joueurs complètent plusieurs longueurs de terrain, au début à moitié à un rythme rapide et l’autre moitié au trot, puis la longueur au complet avec plus d’énergie. Pendant ce temps, l’entraîneur des gardiens Rémy Vercoutre aiguise les réflexes et la puissance d’Evan Bush, de Clément Diop, de James Pantemis et de Jonathan Sirois.

On passe ensuite à la partie dont les joueurs raffolent : les exercices de finition. À gauche et à droite, cinq hommes complètent un schéma de passes d’une touche de balle, la dernière menant à un centre dans la surface où deux coéquipiers doivent marquer. Au centre, un joueur travaille comme pivot avec Wilfried Nancy sur le dos – littéralement –, reçoit le ballon et le passe à son coéquipier qui frappe de l’extérieur de la surface. Disons que les cordages sont un peu plus usés qu’au début de l’entraînement, malgré les meilleurs efforts des gardiens.

En après-midi, l’équipe a eu droit à une deuxième séance, un peu plus légère celle-là. On commence par un échauffement et de la course, comme toujours, puis on passe aux rondos, et enfin, un jeu dans lequel tous les joueurs sont impliqués. C’est un bon vieux match à 11 contre 11, mais dans un espace plus petit, et il faut faire huit passes en une ou deux touches avant de pouvoir attaquer.

Mentionnons au passage que la température se réchauffe et que le soleil floridien est plus présent. On pense à vous, Montréal.

Topics: