DL3 USMNT

Daniel Lovitz, de joueur à l’essai à international

L’Étasunien a joué 90 minutes pour son pays contre le Panama

On se souvient encore de cette journée de février 2017, à St. Petersburg, en Floride. Le camp d’entraînement de l’Impact battait son plein et le Bleu-blanc-noir se cherchait toujours un défenseur latéral gauche pour seconder Ambroise Oyongo. Daniel Lovitz, sans contrat après trois saisons au Toronto FC et libéré de son essai avec le Vancouver Whitecaps FC quelques jours plus tôt, arrivait sans tambour ni trompette à l’entraînement, au Al Lang Stadium, domicile des Rowdies de Tampa Bay et camp de base régulier du club montréalais dans le Sunshine State.

Formé comme ailier gauche, poste où il a presque toujours joué, Lovitz s’est reconverti en défenseur latéral, une recette qui a souri à quelques grands noms qui ont occupé ce poste, notamment Jordi Alba et Lauren. La transition s’est faite avec succès, puisque l’Américain a signé un contrat avant le début de la saison régulière 2017. Puis, une blessure à long terme lui a permis de prendre les rênes du poste qu’il n’a jamais lâché depuis ce moment, au début de l’été 2017.

Aujourd’hui, à 27 ans, Lovitz est établi au sein de l’effectif de départ montréalais, après avoir remporté le titre de Joueur défensif de l’année en 2017 et le But de l’année Husqvarna en 2018. Depuis son arrivée avec le Bleu-blanc-noir, l’homme de Wyndmoor, en banlieue de Philadelphie, a joué 56 matchs et 4 400 minutes, en plus de récolter un but et six passes décisives.

« Ça veut tout dire pour moi d’avoir du succès à ce niveau, a dit Lovitz. Il faut donner le crédit au club pour cette opportunité de percer et d’obtenir des minutes de jeu. J’espère que ça attirera plus de joueurs de talent et que ça pourra continuer d’être un tremplin vers le niveau international. »

Le numéro 3 de l’Impact est aussi devenu, dimanche, le premier joueur actif du Bleu-blanc-noir à porter les couleurs de l’équipe nationale américaine au niveau senior, disputant 90 minutes dans une victoire de 3-0 contre le Panama. Comme à son habitude, Lovitz a patrouillé le couloir gauche avec son énergie habituelle, étant une courroie d’alimentation importante sur l’aile étasunienne, lui qui a complété 90% de ses passes et réussi deux dribbles, en plus de servir une passe-clé.

« Je n’ai pas toujours pensé que c’était quelque chose qui allait s’offrir à moi, mais l’invitation est venue et je suis heureux d’en bénéficier, a poursuivi le défenseur. Ça a été une excellente expérience, avec une victoire et un blanchissage; c’est pour ça qu’on travaille aussi fort. C’est très bien de le faire au plus haut niveau, mais de manière plus importante, c’est un bon premier pas pour l’équipe et pour ce qu’on essaie d’accomplir en tant que nation par rapport au soccer. »

Lovitz a un autre match amical au programme, contre le Costa Rica, le samedi 2 février à San Jose, avant qu’il ne puisse rejoindre le camp d’entraînement montréalais où, certainement, ses coéquipiers l’attendent de pied ferme.

Topics: