BJMOORE TFC FR

Le match contre le Toronto FC en couleurs

Dernière Canadian Classique de 2018

Le dernier match de la saison régulière de l’Impact à domicile cette année en est un gros. En plus des honneurs liés à cette rivalité importante entre les Reds et le Bleu-blanc-noir, les Montréalais sont toujours dans la lutte pour une place en séries éliminatoires de la Coupe MLS et doivent absolument l’emporter pour espérer participer au tournoi d’après-saison.

Les visiteurs, de leur côté, n’ont plus rien à gagner cette saison; il ne leur reste qu’à jouer le rôle de trouble-fête, ce qu’ils n’ont pas réussi mercredi à Washington, où le D.C. United a gagné 1-0 grâce à un magistral coup franc de 35 mètres de Wayne Rooney. Les Torontois manqueront-ils de munitions, dimanche au Stade Saputo (BILLETS – TVA Sports, TSN, 98,5fm, TSN Radio 690), eux qui ne pourront compter ni sur Jozy Altidore ni sur Victor Vazquez, blessés, et avec un Sebastian Giovinco de retour d’Italie? Du côté montréalais, la motivation sera à son apogée pour ce match qui est une question de vie ou de mort. Voici les trois éléments à surveiller.

  1. Dicter le rythme dès le début du match

L’Impact ne peut pas laisser les Reds entrer dans la rencontre avec confiance, eux qui ont perdu mercredi. Pour ce faire, il faudra donner le ton dès le départ, pour empêcher les Torontois de trouver leurs repères et d’établir leurs bases en possession; si on se reporte au match contre le TFC au BMO Field, au mois d’août, le Bleu-blanc-noir avait connu cinq bonnes premières minutes, mais un revirement malchanceux a tout chamboulé. Même recette, résultat différent cette fois-ci?

  1. Presser Bradley intelligemment

Michael Bradley est le premier point de relance de l’attaque pour le TFC. L’Américain aime descendre entre les deux arrières centraux pour prendre possession du ballon et orienter l’attaque des Reds. Il est habile dans ce genre de tâche, mais lui mettre des bâtons dans les roues handicape passablement les opportunités offensives. L’attaquant et les milieux montréalais devront empêcher Bradley de faire comme chez lui, mais attention : laisser trop d’espaces derrière ne fera que lui permettre de jouer le genre de jeu qu’il apprécie.

  1. Agir en couverture préventive sur les attaquants

On connaît le jeu du TFC : soit on s’appuie sur Altidore – quand il est là – pour remonter le bloc, soit on utilise la rapidité de Giovinco pour relancer en un éclair. La charnière centrale montréalaise, soutenue par Samuel Piette, devra être aux aguets quand l’Impact est en possession. Garder à l’œil les attaquants torontois limitera non seulement la relance adverse, mais permettra aussi aux joueurs plus hauts sur le terrain de tenter de récupérer le ballon près du but adverse.

Topics: