Champleaguefinal_may2018

Culture foot : la finale de la Ligue des champions

L’équipe éditoriale d’Impact Média s’obstine

L’un des plus gros matchs de tous sports confondus se jouera samedi. Deux géants européens s’affrontent dans une des finales les plus attendues des dernières années : le gagnant de cinq Ballons d’Or, Cristiano Ronaldo, et le club le plus titré en Ligue des champions de l’UEFA avec 12 trophées, le Real Madrid, font face au gagnant de zéro Ballon d’Or – mais ça pourrait changer bien vite – Mo Salah et les vainqueurs de cinq Coupes d’Europe, Liverpool. Ça fait beaucoup de trophées dans la même phrase, mais tenez-vous bien, puisque George Menexis, un fervent supporter de Barcelone, est prêt à tout pour empêcher les Madrilènes de mettre la main une fois de plus sur le trophée aux grandes oreilles, tandis qu’Olivier Meilleur-Tremblay, un supporter d’Arsenal (soupir), est dans le camp du Real Madrid, surtout par jalousie et par petitesse. Les deux se sont obstinés sur l’identité du gagnant de l’édition actuelle du tournoi, et bien que ce ne soit pas si intéressant, voici un verbatim de leur discussion animée.

***

GM : Meilleur, tu sais bien que Liverpool va être fidèle à son identité et proposer le jeu offensif que l’équipe a mis de l’avant depuis le début de la saison, ce même style qui les a portés jusqu’en finale de la Ligue des champions. Et bien que les deux équipes soient efficaces sur la contre-attaque, le pressing de Liverpool très haut sur le terrain a permis aux Reds de causer bien des maux de tête à leurs adversaires.

OMT : Le problème pour eux, c’est que le Real et Zinédine Zidane sont bien au courant de tout ça. Ils ont réussi à garder sous silence certaines des attaques les plus efficaces d’Europe, offrant seulement deux buts au PSG, trois à la Juventus – bon, c’était sur un seul match qui s’est avéré quasi-désastreux, mais passons – et trois au Bayern Munich dans la phase éliminatoire. Oh, et en passant, c’est probablement le chemin le plus difficile vers la finale de toute l’histoire de la compétition : leur confiance et leur conviction seront à leur paroxysme. Et dois-je te rappeler, Georgie, que les Merengues sont à la chasse au record et à une troisième Ligue des champions d’affilée pour la deuxième fois de leur histoire – et pour la première fois depuis que le tournoi s’appelle Ligue des champions. Comme tu le sais, jamais deux sans trois.

GM : Ça ne veut rien dire, ça.

OMT : C’est une expression. Peu importe, le Real sentira qu’il marche tout seul et que c’est les Madridistas contre la bunch. Pour vrai, qui veut voir une telle puissance terminer la saison les mains vides? [Pense à Arsenal]

GM : Moi.

OMT : Et tout le monde sauf la moitié blanche de Madrid et moi. Je sais qu’il y a une belle histoire avec Mo Salah et tout ce baratin, mais je ne peux pas envisager que Zidane, qui n’a JAMAIS été éliminé de la Ligue des champions comme entraîneur-chef, laisse filer cette finale.

GM : Moi, si.

OMT : J’en suis sûr. Regarde, Cristiano Ronaldo a l’habitude de présenter son plus beau visage lors des grandes occasions.

GM : Oui, on sait que Ronaldo est à son mieux dans cette compétition, mais sera-t-il disponible pour la finale?

OMT : Quoi? Il n’est plus blessé.

GM : Son dos n’est pas magané d’avoir porté son équipe sur ses épaules depuis le début du tournoi?

OMT : [Roulant les yeux] Wow.

GM : Donc, Cristiano est bon. Mais l’histoire de Mohamed Salah a émerveillé les fans de foot partout dans le monde. À sa première saison en Premier League avec Liverpool, il marque 32 buts en 38 matchs et bat un record établi par Luis Suarez, Cristiano Ronaldo et Alan Shearer. Il va sans dire qu’il y a un nouveau pharaon en Angleterre.

OMT : [Interrompant] L’Angleterre n’a pas une reine?

GM : Oui, mais Liverpool a un pharaon. Peu importe, les espoirs des Reds vont de pair avec la performance de l’international égyptien. As-tu vu récemment un joueur faire une telle différence sur le terrain, qui ne s’appelle pas Lionel Messi…

OMT : [Interrompant encore] Ou Cristiano Ronaldo avec le Real Madrid?

GM : [L’ignorant] Ce n’est pas que les buts qu’il marque, c’est aussi qu’il rend les joueurs autour de lui meilleurs. L’attaquant cumule 11 passes décisives en Premier League, cinquième à ce niveau, et cinq autres en Ligue des champions. Son apport en termes de chances de marquer pour Liverpool n’a pas d’égal…

OMT : [Interrompant toujours] Sauf Cristiano Ronaldo.

GM : [Commençant à être à bout] …et ça profite à ses coéquipiers offensifs, Firmino et Mané. Qu’on les considère parmi les meilleurs tridents d’attaque en Europe en ce moment revient grandement aux exploits de Salah.

OMT : Reste qu’une bonne ligne d’attaque doit recevoir le ballon dans de bonnes positions, elle ne peut pas faire ça toute seule. Jetons un coup d’œil aux milieux du Real Madrid, qui ont probablement la meilleure chimie, sans oublier le talent pur, de tous les clubs. De plus, Casemiro, Toni Kroos et Luka Modric sont soutenus par possiblement le meilleur défenseur central au monde en ce moment, Sergio Ramos, et un partenaire plus qu’apte à jouer à ce niveau et qui sera certainement titulaire pour une équipe de France parmi les favorites de la Coupe du monde, Raphaël Varane. En essayant de passer par les ailes, on trouve qui? Marcelo ou Nacho. Bonne chance.

GM : Quand même, le trio d’attaquants de Liverpool a été rien de moins que spectaculaire toute la saison, et particulièrement en Ligue des champions : les Reds ont battu le record de buts marqués dans l’histoire du tournoi, en marquant 46 après 14 matchs, passant par-dessus le Real de 2014, qui en avait marqué 41, et le Barcelone de 2000, avec 45. Et tout ça avec un autre match à jouer. Ce qui est le plus impressionnant, c’est que 30 de ces buts sont gracieuseté de soit Mo Salah, soit Sadio Mané, ou encore de l’avant-centre brésilien Roberto Firmino.

OMT : C’est le gars qui n’arrête jamais de courir, c’est bien ça?

GM : [Le regardant avec des yeux menaçants] Je sais que tu sais qui c’est. Je n’ai pas besoin de te rappeler à quel point les trois avants de Liverpool sont bons : ils ont marqué cinq des sept buts que Liverpool a mis dans le filet de ton précieux Arsenal en seulement deux matchs cette saison.

OMT : [Long silence de rage] Merci pour ce beau souvenir.

GM : Mais on parle de Ligue des champions en ce moment. Arsenal n’a rien à voir avec ça cette année.

OMT : [Long silence de rage]

GM : L’année du Real repose sur cette finale. S’il la perd, ce sera l’une des pires saisons du club depuis longtemps. Un début lent en Liga a permis aux rivaux citadins de terminer devant les Merengues, pendant que l’autre rival, Catalan celui-là, a gagné une sixième Liga depuis 2008-09. Le Real n’en a gagné que deux pendant la même période. Désolé, je m’épivarde en insultant Madrid.

OMT : Et tu sais quoi? C’est justement pour cette raison que Liverpool doit se méfier. Le Real Madrid a des attaquants formidables, un trio au milieu de terrain qui fait partie des meilleurs de l’histoire, une défense solide et la volonté de sauver leur saison tout en écrivant une nouvelle page d’histoire. Je pense qu’ils gagneront, mais de justesse.

GM : Il y a beaucoup de pression sur Zidane et ses hommes de rescaper leur saison et ça se jouera sur un seul match. Liverpool, de son côté, entre dans cet affrontement en tant que négligé, mais seulement dans le sens le plus strict du terme, puisque les Anglais ont démontré qu’ils méritent leur place, en passant à travers Manchester City, la Roma et Porto.

OMT : On n’est plus amis.

GM : On ne l’a jamais été.

Topics: