Pantemis_23mai

L’Impact bien représenté au tournoi de Toulon

Cinq joueurs du Bleu-blanc-noir sélectionnés par l’équipe U21 du Canada

L’ancien tournoi de Toulon, maintenant connu comme le Festival international espoirs – Tournoi Maurice-Revello et créé en 1967, est un tournoi bien connu pour les jeunes joueurs internationaux qui se déroule en France.

Pour la première fois de son histoire, l’équipe U21 du Canada y sera, et quelques joueurs de l’Impact ont été convoqués pour le défi.

« En France, c’est un tournoi très renommé et très ancien, a dit l’entraineur-chef de l’Impact Rémi Garde. Il y a toujours de belles équipes et de belles affiches. C’est un tournoi qui a révélé de nombreux joueurs. Il y a quelques années, c’était un tournoi de référence, encore plus que maintenant. »

Les joueurs Shamit Shome et James Pantemis ont été sélectionnés par les U21 pour rejoindre l’équipe en France, tout comme Mathieu Choinière, Daniel Kinumbe, et Clément Bayiha, de l’équipe U19 de l’Académie.

« Ça va être une expérience magnifique pour nous et pour le Canada, a dit le gardien James Pantemis. Ce sera notre première fois à ce tournoi, et nous voulons prouver que nous y appartenons. C’est une grande opportunité pour nous tous. »

Le milieu de terrain Shamit Shome se souvient d’avoir regardé l’édition 2017 du tournoi en direct à la télévision et se rappelle d’avoir été impressionné par les joueurs et le niveau de jeu.

« J’adore jouer pour mon pays, a dit Shome. C’est une des raisons pour laquelle j’ai décidé de devenir professionnel. J’ai eu ma première opportunité de jouer avec la sélection avec les U18, quand je faisais partie de l’académie du FC Edmonton. C’est un honneur à chaque fois de jouer pour le Canada, et c’est un très grand tournoi pour le refaire. »

Au cours des années, de nombreux joueurs de classe mondiale sont passés par ce tournoi, comme Zinedine Zidane, Thierry Henry, David Beckham et Cristiano Ronaldo, pour en nommer quelques-uns. Depuis ses débuts, le tournoi a permis de découvrir des talents internationaux de tous les coins du monde, quelques-uns qui n’étaient pas connus auparavant.

« Ils vont se frotter à des très bonnes équipes et à un niveau de jeu qui est un peu plus dur de trouver de manière régulière sur le continent nord-américain, a ajouté Garde. Ce sera une expérience, puisqu’ils vont rencontrer des équipes de partout dans le monde. Pour moi, c’est très positif pour eux. »

Topics: