CULTURE FOOT BID WC

Culture foot : accueillir une Coupe du monde de la FIFA

L’accueil d’une Coupe du monde a toujours été un sujet chaud. Tout le monde, du fanatique du foot au supporter moins intense, a une opinion sur le sujet, à savoir si c’est une bonne idée d’accueillir le plus grand tournoi du monde. Mais que savons-nous vraiment du processus? Qui décide quel pays aura le droit d’accueillir le tournoi? Et pourquoi la FIFA a-t-elle déjà été accusée de corruption en nommant un pays hôte?

Les nouvelles provenant du Stade olympique il y a quelques semaines étaient très positives pour les amateurs de soccer au nord de la frontière américaine, en particulier à Montréal, Edmonton, et Toronto. La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a annoncé que Montréal posait officiellement sa candidature pour accueillir la Coupe du monde 2026, si la candidature conjointe entre le Mexique, les États-Unis et le Canada est acceptée. Seul un autre pays a déposé sa candidature : le Maroc.

 

Pour la première fois dans l’histoire du tournoi, 48 équipes se qualifieront au lieu de 32, ce qui signifie que la ou les nation(s) qui vont accueillir la Coupe du monde doivent s’assurer qu’elles aient les infrastructures adéquates pour le faire. Le processus de qualification est séparé en deux entités qui complètent l’évaluation de chaque candidature : infrastructures et éléments commerciaux.

Infrastructures : 70% du score

  • Stades
  • Hébergement
  • Transports

Commercial : 30% du score

  • Coûts estimés
  • Revenus estimés

Changements dans le processus de vote

Mais la plus grosse différence dans le processus du choix d’un hôte est le système de vote. Sans rentrer dans les scandales de la FIFA lors de l’époque de Sepp Blatter, quand Gianni Infantino a été nommé président de la FIFA en 2015, une de ses promesses était d’avoir plus de transparence dans le processus de vote pour un hôte, à la suite du vote de 2010 qui a permis la remise du tournoi à la Russie en 2018 et au Qatar en 2022 et qui s’est retrouvé au cœur de nombreuses controverses.

Ce changement est un des plus importants jusqu'à maintenant pour la FIFA. Habituellement, l’hôte est choisi par un vote du comité exécutif de la FIFA. Le comité consiste en 20 à 30 représentants de la FIFA et souvent, leurs votes sont à vendre aux plus offrants, ce qui est prétendument arrivé lors du processus de sélection d’un hôte pour les Coupes du monde en 2018 et 2022. Pour combattre cela, Infantino a changé le processus de vote pour inclure tous les membres de la FIFA.

Les pays qui donnent leur candidature, ainsi que le Guatemala, toujours suspendu par la FIFA, ne peuvent pas voter, ce qui rend 206 membres éligibles au vote. Celui qui se fait donner le tournoi doit amasser au moins la moitié de ces votes plus un, donc 104 dans ce cas-ci, la logique étant que tous les pays membres de la FIFA auront le droit de voter sur l’hôte. Ce système diminue aussi les risques de corruption et d’influence externe. Le vote sera ouvert à tous, c’est-à-dire que le public pourra voir qui a voté pour quelle candidature, ce qui est en directe opposition à la manière dont le vote procédait sous l’ancien président Blatter. 

Pour trouver le processus complet d'appel d'offres pour la Coupe du monde 2026, cliquez ici.

L’historique d’être hôte d’une Coupe du monde

La première version du tournoi était très différente de ce qu’on connait aujourd’hui. La FIFA a vu le jour en 1904, en tant que fédération sportive internationale du football pour gérer quelques associations européennes à leurs débuts. Aujourd’hui, plus de 211 pays sont membres de la FIFA à travers le monde.

Le premier pays à accueillir la Coupe du monde a été l’Uruguay. Plusieurs raisons ont fait que l’Uruguay était le choix le plus évident : l’équipe uruguayenne était considérée comme l'une des plus fortes de sa génération, ayant remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques deux années auparavant, en 1928. L’Uruguay célébrait aussi 100 ans d’indépendance en 1930 et le tournoi était une belle façon de marquer cette partie de son histoire. Le fait que l’Uruguay l’a remporté rend cette Coupe du monde encore plus spéciale.

Seulement 13 équipes ont participé à la première édition du tournoi : neuf de l’Amérique du Sud et seulement quatre de l’Europe. Cela est dû à deux raisons : le voyage entre l’Europe et l’Amérique du Sud se faisait en trois semaines et en bateau seulement, ce qui ne valait pas la peine selon la plupart des pays de l’Europe, et certains pays était irrités que le premier tournoi ne soit pas sur le Vieux Continent.

Les premières versions du tournoi ont vu beaucoup de changements. La deuxième édition a vu l’implémentation d’un processus de qualification. 32 équipes se sont présentées, mais seulement 16 se sont qualifiées pour la phase finale en Italie. L'Uruguay, le champion en titre, n’a pas participé, puisque la plusieurs des pays européens ne se sont pas présentés chez eux quatre ans plus tôt.

Il n’a pas eu de Coupe du monde entre 1938 et 1950 à cause de la deuxième guerre mondiale, ce qui aurait rendu l’organisation de la Coupe du monde un peu difficile avec la tension internationale.

La Coupe du monde a continué de passer entre les mains de l’Europe et de l’Amérique du Sud jusqu’en 2002, quand, pour la première fois de son histoire, le tournoi s’est déplacé en Asie, avec une candidature conjointe entre la Corée du Sud et le Japon. Les deux pays ont voulu accueillir la Coupe du monde séparément en premier. Il y avait donc deux comités d’organisation. Cela, conjugué à la distance élevée entre les deux pays, a poussé la FIFA à refuser les candidatures conjointes à partir de 2002. La FIFA a ensuite changé ses règlements pour accepter les candidatures conjointes, mais seulement s’ils avaient un comité d’organisation, ce qui est le cas pour la candidature nord-américaine de 2026.

Voici un aperçu de chaque candidature faite depuis 1930 (sauf pour les pays qui n'ont soumissionné qu'une seule fois) :

Allemagne

6

Argentine, Mexique, Maroc, Espagne

5

Brésil, Angleterre, États-Unis

4

Italie, Japon

3

Canada (1986, 2006), Chili, Colombie, France, Pays-Bas, Russie, Afrique du Sud, Corée du Sud, Suisse, Uruguay, Australie

2

 

Le vote pour décider qui sera l’hôte de la Coupe du Monde 2026 sera le 13 juin, à Moscou, un jour avant le début de la Coupe du Monde 2018, qui sera entamé par un match entre l’hôte, la Russie, et l’Arabie Saoudite.  

Topics: