Raitala v IMFC

Raitala, d’un climat nordique à un autre

L’international finlandais surpris mais heureux d’atterrir à Montréal

Jukka Raitala se souviendra du mardi 12 décembre 2017. Après une première saison en MLS somme toute réussie, lors de laquelle, avec le Columbus Crew SC, il a joué 30 matchs, dont 21 départs, en route vers une apparition en finale de l’Association Est, le latéral gauche finlandais a été sélectionné par l’équipe d’expansion du LAFC, avant de passer à l’Impact de Montréal dans un échange monumental à l’échelle de la ligue.

« J’ai été surpris que Los Angeles FC me sélectionne lors du repêchage, confie Raitala. Il était tard quand j’ai appris cette nouvelle, puis plus tard, j’ai été échangé à l’Impact. C’est toute une journée, puisque le matin même, je me suis souvenu que c’était le repêchage, mais je ne pensais pas changer d’adresse. »

Évidemment, Raitala ne débarque pas en terrain inconnu à Montréal. Titularisé au Stade Saputo lors de la visite du Crew SC en mai dernier, il a bien sûr maintes fois entendu le nom de l’ancien capitaine du Bleu-blanc-rouge et de l’équipe finlandaise de hockey, Saku Koivu. Il faut aussi dire que le climat frisquet lui rappellera son chez-soi. Paradoxalement, le Helsinkien de 29 ans se souvient chaleureusement de son passage à l’Osasuna, club de La Liga, en Espagne.

« Je pense que c’est en Espagne que j’ai vécu mes plus belles expériences. Avec Osasuna, j’ai joué toute la saison et j’ai affronté de grands clubs comme Séville ou Barcelone, se rappelle Raitala. J’ai eu à faire face à des joueurs de top niveau. Ça a été les moments les plus difficiles et les plus beaux de ma carrière. C’est difficile de jouer contre des gars comme ça, la plupart sont très bons individuellement, mais ils savent quand et comment utiliser leurs talents. Même à un contre un, ils essaient souvent de repérer un coéquipier et s’échanger le ballon dans de petits espaces. La qualité est incroyable, mais avec Osasuna, nous avons battu Barcelone 3-2 à domicile. C’est quelque chose de fabuleux dont je vais me souvenir toute ma vie. »


Raitala et Messi au Estadio El Sadar, en février 2012.

Le défenseur latéral gauche est resté une saison en Navarre, mais a eu plusieurs autres piges dans de grands championnats européens : Bundesliga, Eredivisie, mais aussi au Danemark, en Norvège et dans sa Finlande natale. À quoi peuvent s’attendre les supporters montréalais de Raitala sur le terrain?

« Je suis un joueur qui travaille fort, qui est solide défensivement et je relance bien, explique Raitala. Je veux gagner! Partout où j’ai joué, j’ai eu à affronter différents genres de joueurs, d’équipes, de systèmes. Ça m’a apporté de l’expérience et de la confiance pour me préparer à tout type de défi. »

Parlant de défi, quel est l’ailier le plus dangereux avec qui Raitala a dû lutter?

« Je pense que le joueur le plus difficile que j’ai eu à gérer est Jesús Navas, lorsqu’il était à Séville, raconte Raitala. Il est un ailier droit, je l’ai eu devant moi tout le match puisque je suis un défenseur latéral gauche. Il est rapide et très intelligent sur le terrain. »

On le sait, en Finlande, la passion sportive est occupée en grande partie par la rondelle, le bâton et les patins. Dans ce contexte, ça ressemble à quoi, le ballon rond et tout ce qui l’entoure?

« Le hockey est probablement le plus gros sport en Finlande, mais les gens se tiennent au courant du football. Notre ligue n’est pas la plus grande et les joueurs vont souvent à l’étranger pour poursuivre leur développement. Notre équipe nationale, quant à elle, grandit. Nos supporters s’attendent à ce qu’on se qualifie pour l’Euro ou pour une Coupe du monde. Ce n’est pas encore arrivé, mais je pense que ça viendra. »

Topics: