CULTURE FOOT QUALIFS

Culture foot : qualifications pour la Coupe du monde

32 sur 211, ou environ 15%. Oui, seulement 32 équipes nationales participeront à la Coupe du monde de la FIFA 2018, en Russie. Le processus qualificatif est assez long pour les associations nationales et dure environ deux ans; s’il est pyramidal pour certaines confédérations, d’autres choisissent des qualifications linéaires. Une chose reste : l’intensité et la fierté qui sont reliées au sentiment de représenter son pays. Faisons un rapide tour d’horizon des qualifications pour la Coupe du monde.
 

Zone Asie (AFC)
46 équipes, quatre qualifiées, une place en barrage intercontinental
Qualifiés : Arabie Saoudite, Australie, Corée du Sud, Iran, Japon

Quatre rondes de qualification permettent de déterminer les quatre pays qui gagnent leur place directe pour le rendez-vous mondial et l’autre qui devra traverser le Pacifique. Le bal commence avec les 12 équipes nationales les moins bien classées de la zone qui s’affronte en format aller-retour; au deuxième tour, huit groupes de cinq équipes sont tirés pour permettre aux gagnants de chaque groupe et aux quatre meilleurs deuxièmes de passer au tour suivant; puis, deux groupes de six pays se disputent quatre places qualificatives directes qui vont aux deux mieux classés de chaque côté; les troisièmes passent à travers un barrage pour déterminer qui jouera contre un représentant de la CONCACAF ou de la CONMEBOL.
 

Zone Afrique (CAF)
54 équipes, cinq qualifiées
Qualifiés : Égypte, Maroc, Nigéria, Sénégal, Tunisie

Du côté du Berceau de l’Humanité, trois rondes font remonter la crème. On commence par les 26 moins bien classés qui s’affrontent en aller-retour pour passer au deuxième tour, qui est également un barrage aller-retour, cette fois entre tous les concurrents, pour passer à la phase de groupe. Cinq groupes de quatre équipes permettront à chaque équipe de première place d’aller à la Coupe du monde.
 

Zone Amérique du Nord-Amérique centrale-Caraïbes (CONCACAF)
35 équipes, trois qualifiées, une place en barrage intercontinental
Qualifiés : Costa Rica, Mexique, Panama

Notre confédération nous offre le format de qualification le plus compliqué de tous. Pas moins de six tours sont nécessaires pour permettre, tout au plus, à quatre pays de se rendre au tournoi planétaire. Ça commence avec un barrage aller-retour entre les 14 équipes les moins bien classées; ça se poursuit avec un autre barrage aller-retour, cette fois entre les 20 pays les plus bas dans l’échiquier mondial; un autre tour de barrage aller-retour, avec les 10 gagnants de la ronde précédente et les pays classés septième et huitième de la région, enverra six nations vers la première phase de groupe. Ça va jusqu’ici? Au quatrième tour, trois groupes de quatre équipes sont disputés et les deux premiers de chaque groupe se qualifient pour l’ultime groupe, le fameux « hex », où le trio de tête s’en va directement à la Coupe du monde, alors que le quatrième dispute un barrage intercontinental. Et on respire.
 

Zone Amérique du Sud (CONMEBOL)
10 équipes, quatre qualifiées, une place en barrage intercontinental
Qualifiés : Argentine, Brésil, Colombie, Pérou, Uruguay

Après le plus compliqué, le plus simple. Tout le monde est dans le même groupe et s’affronte une fois à domicile, une fois à l’étranger. Les quatre premiers accèdent au tournoi mondial et le cinquième traverse le Pacifique pour un barrage intercontinental. Ça donne la campagne qualificative la plus excitante de toutes, avec plusieurs matchs de grande qualité et une course complètement folle, qui voit souvent un favori se faire éclipser.
 

Zone Océanie (OFC)
11 équipes, aucune qualifiée, une place en barrage intercontinental
Qualifiés : aucun

Cette confédération, la plus faible de toutes – à l’instant où on s’écrit, la Nouvelle-Zélande est la nation la mieux classée de cette zone, caracolant en 122e place – sans vouloir offusquer les destinations paradisiaques de Fiji, de Tahiti ou des Îles Cook, marie processus qualificatif pour la Coupe du monde et tournoi continental. Un mini-tournoi entre quatre pays déterminera un gagnant qui entre dans la danse de la Coupe des nations de l’OFC. Et si cette compétition détermine un champion, la partie qui nous importe, c’est la phase de groupe : des huit équipes présentes, six passent au dernier tour qualificatif – trois dans chaque groupe. Au troisième tour, deux groupes de trois pays chacun détermineront les finalistes qui s’affronteront dans un barrage aller-retour, pour gagner le droit à un barrage intercontinental.
 

Zone Europe (UEFA)
55 équipes (incluant la Russie), 13 qualifiées (incluant la Russie)
Qualifiés : Allemagne, Angleterre, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, France, Islande, Pologne, Portugal, Russie, Serbie, Suède, Suisse

Le format est plutôt simple, mais reste très critiqué. L’UEFA est certainement la confédération la plus forte, et cette réalité est reflétée par le nombre de places qualificatives accordées aux Européens. Cependant, le procédé d’entrée pour la Coupe du monde reste terne et bien peu compétitif, du moins pendant la phase de groupe. Les favoris sont tous bien répartis dans les neuf groupes de six pays chacun, et rarement a-t-on droit à des surprises à ce stade du processus : les neuf équipes qui ont terminé au sommet de leur groupe ont cumulé seulement six défaites. Au deuxième tour, toutefois, les huit meilleurs deuxièmes sont divisés en deux chapeaux, selon leur classement FIFA, et les affrontements des quatre barrages sont déterminés au hasard.

Et maintenant, voici ce que nous attendions tous avec impatience. Les huit groupes de la Coupe du monde ont été tirés ce vendredi matin. Prochain rendez-vous, 14 juin pour le match d’ouverture.
 

Groupe A
Russie
Arabie Saoudite
Égypte
Uruguay

Groupe B
Portugal
Espagne
Maroc
Iran

Groupe C
France
Australie
Pérou
Danemark

Groupe D
Argentine
Islande
Croatie
Nigéria

Groupe E
Brésil
Suisse
Costa Rica
Serbie

Groupe F
Allemagne
Mexique
Suède
Corée du Sud

Groupe G
Belgique
Panama
Tunisie
Angleterre

Groupe H
Pologne
Sénégal
Colombie
Japon

Topics: