#8ernier

Patrice Bernier, suite et fin

Oh Capitaine! mon Capitaine! Lève-toi et entends [la cloche]. Ce vers du célèbre poème de Walt Whitman aurait bien pu être écrit pour Patrice Bernier, pour qui sonnera bientôt le glas d’une carrière amorcée en 2000, ici même, à Montréal. Depuis, le tenace et talentueux milieu de terrain a connu une aventure exemplaire et internationale, lui qui a joué pour des clubs en Norvège, en Allemagne et au Danemark, en plus de ses 56 matchs avec l’équipe nationale canadienne, marquant deux buts et ajoutant cinq passes décisives.

Ceux qui ont la mémoire longue se souviendront que le capitaine avait annoncé avant la saison que 2017 serait sa dernière année en tant que joueur. Quelle rétrospective l’homme de Brossard fait-il sur son ultime campagne sur le terrain?

« J’ai eu des doutes durant la saison, confie Bernier. Il y a eu des moments où je pensais que je voulais continuer et d’autres moments où j’étais serein avec ma décision. Il y a longtemps, je m’étais fixé un objectif : jouer jusqu’à l’âge de 38 ans. J’ai senti que j’ai tenu le coup et je suis content de bien finir ma carrière presque à mon meilleur niveau. »

Le capitaine de l’Impact sera honoré lors de son tout dernier match en carrière au Stade Saputo, le dimanche 22 octobre à 16h contre le New England Revolution (BILLETS), qui s’adonne aussi à être le tout dernier match de la saison régulière 2017 du Bleu-blanc-noir.

« Ça veut dire qu’on arrive à ce point où il n’y a plus de lendemain pour moi en tant que joueur. Ça mettra un terme à ma carrière de belle façon. C’était connu que le dernier match de cette saison régulière serait à domicile. C’est bien de mettre fin à ma carrière chez moi, où j’ai commencé, devant ma famille, mes amis et mes supporters. »

Ça fera bizarre de venir voir l’Impact à sa tanière à l’ombre de la Tour de Montréal sans Patrice Bernier, mais on risque tout de même de le croiser en bleu-blanc-noir.

« Je sais qu’il n’y aura plus de match au Stade Saputo pour moi comme joueur, mais à l’avenir, j’y serai comme supporter. »

Topics: