Allianz Nice

Journal de bord de Philippe Eullaffroy - Nice

Grâce à un partenariat entre la MLS et La Liga (Espagne), qui s’ajoute au partenariat existant avec la Fédération Française de Football, les directeurs des Académies MLS et les entraîneurs avec la licence EFCL (Elite Formation Coaching Licence) ont l’occasion cette année de poursuivre leur formation avec un programme de 10 jours, durant lequel ces éducateurs visiteront des académies reconnues dans le soccer mondial et échangeront avec des entraîneurs et directeurs techniques de grands clubs internationaux sur diverses sujets, comme le développement des jeunes, le recrutement et le développement physique.

À l’Impact de Montréal, c’est le directeur de l’Académie Philippe Eullaffroy qui profite de cette opportunité.

Voici son journal de bord.

Vendredi 12 mai 2017 – Nice (France)

Après avoir quitté Montréal et ses 12 degrés, j’arrive à Nice sous un beau soleil, 22 degrés, mer Méditerranée bleue et calme, en plus des palmiers de l’hôtel sur la Promenade des Anglais, face à la plage. De superbes conditions pour se mettre au travail le soir même. Malgré la fatigue du voyage, mon esprit est frais et mes neurones sont prêts à s’enflammer.

Je suis heureux de retrouver mes collègues des autres académies, en plus des nouvelles têtes [LAFC, équipe d’expansion en 2018].

La première conférence a été donnée à l’hôtel par Nicolas Dyon, préparateur physique reconnu, jeune, mais avec une grosse expérience (Rennes, Saint-Étienne, Nice, Zurich) et l’homme à la base du MyCoach RPE software, un outil utilisé par plusieurs préparateurs que l’on prévoit d’ailleurs utiliser à l’Académie.

Nous avons devant nous une personne passionnée qui nous envoie un feu d’artifice de données : ça va dans tous les sens, avec une volonté de partager ses expériences et son vécu. C’est du bonheur, mais mes doigts ont du mal à suivre le rythme sur le clavier de mon iPad!

On apprend que les blessures au soccer ont augmenté de 30% en 15 ans, en raison de la répétition des matchs et de l’intensité de ceux-ci. Le joueur doit non seulement être prêt à jouer, être en forme, mais aussi ne jamais être blessé. C’est un défi pour les joueurs en développement également, quand on sait qu’à l’académie de l’Ajax, par exemple, les jeunes ont 10 séances par semaine.

En Suisse, il s’est rendu compte qu’il était important pour le joueur de savoir, à travers la note que l’entraîneur donne, ce que pensait l’entraîneur de sa performance de la veille. Il demandait donc à l’entraîneur et au joueur de donner une note.

Il est maintenant 20h30 et je suis parti de Montréal la veille. J’ai les doigts qui fument, la tête aussi d’ailleurs. On part manger dans un bon restaurant du vieux Nice pour recharger les capacités cognitives. Après une marche de 30 minutes sur un bon rythme le long de la mer, je suis déjà prêt pour le lendemain.

Samedi 13 mai – Nice (France)

On part pour le stade de l’OGC Nice, l’Allianz Riviera, qui était aussi le quartier général de la société MyCoach (dont le logo est sur tous les équipements des éducateurs de Nice). On va y rencontrer Alain Wathelet (directeur de l’académie), Emers Faé (entraîneur U17) et faire une visite du Stade, en plus d'assister à l’entraînement « veille de match » des pros.

À suivre… 

Topics: