CF_Formations

Culture foot : Les formations

Les formations font certainement partie des composantes tactiques les plus intéressantes au soccer. Avec 11 joueurs sur le terrain, les possibilités sont nombreuses et les philosophies, variées. En jetant un simple coup d’œil à l’alignement tactique d’une équipe, on peut déjà déduire quelques principes de jeu dictés par le personnel technique. Impact Média vous a concocté un guide rapide des formations les plus fréquentes sur les terrains professionnels, pour faire suite à notre article sur les numéros et les positions.

Les formations à trois défenseurs

Il est de plus en plus populaire chez les entraîneurs de revenir à ces tactiques incluant un trio de défenseurs centraux. La clé du succès de ces formations se trouve sur les ailes : avec un seul joueur dans les corridors droit et gauche, l’ailier a beaucoup de boulot à abattre. Bien évidemment, à l’opposé, le grand avantage de ce type de formation est le nombre de joueurs dans l’axe, qui permet tant les combinaisons offensives que le pressing haut et rapide lors de la perte du ballon.

1-3-4-3

 

Formation à l’accent très offensif, le 1-3-4-3 est déployé avec un milieu de terrain en diamant (comme l’Ajax des années 70 ou le Barça sous Johan Cruyff, comme il nous l’explique lui-même ici) ou plat (comme le Chelsea d’Antonio Conte). Dans le cas du diamant, les latéraux du trio offensif s’occupent d’offrir des options sur les ailes pour étirer la défense adverse, alors que quand le milieu est plat, ce sont les latéraux des quatre qui s’occupent des ailes – d’une position plus basse sur le terrain – tandis que les attaquants gauche et droit deviennent des attaquants « intérieurs », ce qui veut dire qu’ils patrouillent les corridors entre les défenseurs latéraux et les défenseurs centraux.

1-3-5-2

Au même titre que le 1-3-4-3, les options intéressantes se trouvent dans l’axe. Avec trois défenseurs centraux, trois milieux centraux et deux attaquants, plusieurs combinaisons deviennent possibles et des espaces se trouvent sur les ailes, où un seul joueur patrouille dans tout son corridor. La plupart du temps avec ce choix tactique, le 1-3-5-2 est la formation utilisée lors de l’animation offensive, tandis que pour contenir l’adversaire, les latéraux vont descendre à la hauteur des trois défenseurs pour limiter la progression sur les côtés, ce qui ressemblera plus à un 5-3-2, que nous aborderons plus tard.

Les formations à quatre défenseurs

Le back four est l’option défensive la plus répandue dans le monde. Elle permet d’avoir une certaine assurance à l’arrière, tout en permettant à l’un ou l’autre – ou les deux – des défenseurs latéraux de soutenir l’attaque, sans un trop grand déséquilibre.

1-4-4-2

C’est la formation moderne de base. Selon Arsène Wenger, il s’agit du meilleur système pour couvrir de façon mathématique et rationnelle l’espace d’un terrain de soccer : six joueurs couvrent 60% du terrain au centre (deux défenseurs centraux, deux milieux centraux, deux attaquants), tandis que les ailes (20% de chaque côté) sont chacune couvertes par deux joueurs (le défenseur latéral et l’ailier). Les faiblesses de ce type de formation proviennent des espaces entre les lignes : avec deux lignes de quatre joueurs, la pénétration devient plus facile, puisqu’il y a moins de niveaux à passer pour s’approcher du but.

1-4-5-1 (1-4-2-3-1, 1-4-1-4-1)

 

Les cinq milieux de terrain de ce type de formation donnent de la souplesse à l’entraîneur. Les choix tactiques détermineront les rôles donnés aux milieux centraux : un seul récupérateur, et on s’approche du 1-4-1-4-1; deux récupérateurs, et on touche au 1-4-2-3-1. Il est rare de voir les cinq milieux sur la même ligne. L’avantage numérique au milieu de terrain permet de créer des couches de joueurs et de limiter les espaces dans les intervalles, tout en offrant des occasions de contre-attaque aux milieux offensifs.

1-4-3-3

Voici un système qui privilégie les ailiers talentueux. C’est la formation qui a été privilégiée par l’Impact en séries l’an dernier, et ç’a payé ses dividendes. La complémentarité des milieux centraux est importante pour empêcher l’adversaire de contrer rapidement et de profiter des espaces laissés sur les côtés, mais le risque peut en valoir la chandelle. Nous laisserons Thierry Henry expliquer l’animation offensive du système du Barça sous Pep Guardiola, l’une des meilleures équipes de l’histoire à utiliser ce déploiement tactique.

Les formations à cinq défenseurs

Les murailles à cinq joueurs derrière ne font pas l’affaire de tous. Ces formations font partie du proverbial parking the bus : défendre, défendre, défendre et espérer aller chercher un but fortuit.

1-5-4-1

Ce système très défensif ressemble un peu au 1-4-1-4-1, sauf que le milieu défensif recule d’un cran et devient un libero. Avec le nombre élevé de joueurs bas sur le terrain, il est difficile d’attaquer avec force. C’est pourquoi cette formation requiert souvent une contre-attaque dévastatrice pour fonctionner – ça, ou une énorme efficacité sur les coups de pied arrêtés, un peu comme la Grèce à l’Euro 2004.

1-5-3-2

Une autre formation qui invite la pression adverse pour profiter des espaces libérés avec des transitions rapides et des contre-attaques, le 1-5-3-2 est similaire au 1-3-5-2, mais demande aux latéraux de jouer un peu plus bas et de bien choisir leurs moments pour se projeter vers l’avant. Les deux attaquants, de leur côté, doivent être complémentaires : souvent, un des deux est bon dos au but et plus physique, alors que l’autre est plus rapide et plus technique (pensons à Giovinco et Altidore, notamment).

Topics: