A License

Six entraîneurs du club en voie d’obtenir leur Licence A

Depuis le 7 décembre dernier, six entraîneurs de l’Impact de Montréal ont entamé une formation intensive de 11 jours afin de mettre la main sur leur certification de Licence A, mise en place par l’Association canadienne de soccer.

L’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal Mauro Biello, ainsi que son adjoint Jason Di Tullio y participent, mais également le directeur de l’Académie et entraîneur-chef du FC Montréal Philippe Eullaffroy, le nouvel entraîneur-chef des U18 Yoann Damet, l’entraîneur-chef de l’Impact U16 Wilfried Nancy et l’entraîneur des gardiens de l’Académie Jack Stern.

« Étant l’étape de certifications la plus élevée au Canada, cela démontre beaucoup d’y voir autant d’entraîneurs du club, a dit Philippe Eullaffroy. Cela montre la qualité des éducateurs du club. Si tout le monde obtient son diplôme, cela voudrait sans doute dire que nous avons une des structures les plus diplômés au Canada. Il y a une soif d’apprendre, de progresser et d’échanger. Un éducateur de haut niveau au sein du club doit avoir cette mentalité. »

La Licence A représente le plus haut degré de formation au Canada, mais le parcours pour l’obtenir n’est pas simple. En plus de devoir avoir certains prérequis pour s’inscrire, il faut passer par un programme intensif de plus de 11 journées, la majorité de 9h à 21h. Au programme, les cours théoriques côtoient les cours pratiques et les tests, accompagnés d’un retour sur la journée chaque soir. Les entraîneurs reviendront ensuite une deuxième fois en décembre prochain pour poursuivre leur formation et par la suite, ils seront évalués dans leur club respectif.

« Ce sont de longues journées où nous travaillons beaucoup, a expliqué Mauro Biello. Le fait d’être avec d’autres entraîneurs, discuter et voir comment eux voient certaines choses, permet de progresser. Il y a toujours quelque chose à retirer d’un stage comme ça. Nous apprenons beaucoup sur la structure et le modèle canadien. »

Les cours abordent plusieurs sujets différents. Les techniques de possession, la contre-attaque, la défense avec une ligne à quatre joueurs ou à trois joueurs et les phases de jeux arrêtés sont des exemples de ce qui est abordé.

« Nous sommes des entraîneurs et le sport est en constante évolution, alors il faut être ouvert à apprendre, a ajouté Biello. Au final, c’est pour aider les joueurs de l’Académie et de l’équipe première. »

Tout au long du stage, l’Association canadienne de soccer avait à sa disposition les équipes U13, U14, U16 et U18 de l’Impact afin de mettre en pratique les apprentissages de la journée.

Licence A pour un entraîneur des gardiens

Jack Stern est le seul entraîneur des gardiens lors de ce stage. Il est en fait peu commun pour les entraîneurs de cette position de passer par ce type de licence, puisque des formations adaptées à la position de gardien sont souvent mises en place. Pour Stern, cette formation est nécessaire.

« C’est très important pour moi, dit Jack Stern. Nous demandons aux gardiens du club de comprendre le jeu et de donner des instructions sur le terrain. Si nous voulons qu’ils aient ces connaissances, l’entraîneur des gardiens doit aussi comprendre le jeu. J’entraîne des gardiens et c’est ma passion, mais les aider à comprendre le jeu est une nécessité. C’est aussi important de pouvoir comprendre les décisions de l’entraîneur-chef et des adjoints lors des matchs. »

La volonté d’apprendre et de suivre un sport qui évolue chaque jour est présente à tous les niveaux du club et les apprentissages faits lors de stages comme celui-ci pourront bénéficier à tous les joueurs de l’Impact dès 2016.

Topics: