joey saputo laurent ciman

Fier d’être Bleu-blanc-noir

C’était une longue marche jusqu’au vestiaire pour l’Impact, mercredi en fin de soirée.

Après être passé si près d’un titre en Ligue des Champions, à seulement 45 minutes de soulever le trophée, le résultat final a été accueilli durement par tous ceux qui supportaient le Bleu-blanc-noir.

Toutefois, quand on jette un regard sur ce que le club a accompli pour se rendre jusque-là, la grande famille de l’Impact a de quoi être très fière.

Nouvelle équipe
L’équipe a été complètement remaniée durant l’entre-saison, après avoir terminé la saison 2014 au bas du classement de la MLS.

Pendant tout le tournoi de la Ligue des Champions, pas moins de  13 nouveaux visages se sont alignés dans l’effectif du onze montréalais, incluant sept joueurs qui ont pris part à la finale. 

Sans même avoir joué un match compétitif, l’Impact a débuté la ronde éliminatoire avec un nouveau noyau de joueurs, alors que Pachuca avait déjà plusieurs matchs derrière la ceinture.

Blessure et suspensions
L’équipe montréalaise a aussi été frappée par plusieurs blessures. En plus de Cameron Porter et de Justin Mapp, qui ont été touchés par de graves blessures, Marco Donadel, Victor Cabrera, Hassoun Camara, Andrés Romero et Dilly Duka ont aussi tous dû s’absenter à un certain moment pendant le tournoi. En raison de la perte de deux défenseurs droits, Nigel Reo-Coker a même dû être muté à cette position lors du tout dernier match.

Finalement, il ne faut pas oublier non plus la suspension à Evan Bush, nommé meilleur gardien du tournoi, qui a dû manquer la finale après avoir reçu un deuxième carton jaune sur un jeu controversé en fin de match, lors du match aller de la finale au Mexique.

Marquer l’histoire
Malgré toutes les embuches, l’Impact a réécrit plusieurs chapitres de l’histoire du club et du soccer nord-américain:

En devenant le premier club canadien à atteindre la grande finale;

Étant le deuxième club de MLS à accéder à la finale;

Le premier club de la MLS à revenir du Mexique avec deux bons résultats consécutifs, soit un verdict nul de 2-2 contre Pachuca et un historique match nul de 1-1 à l’Estadio Azteca contre Club América;

61 004 spectateurs présents pour la finale au Stade olympique, soit une foule record pour le club et pour un match de soccer professionnel au Canada, bon pour la deuxième place dans le livre des records du tournoi de la CONCACAF;

Deux Québécois ont pris part à la finale, alors que Patrice Bernier et Maxim Tissot ont pris part aux deux matchs. 

De plus, la visibilité internationale que ce parcours en Ligue des Champions à donner à l’équipe, à la ligue et à la ville est colossal. 

L’édition 2014/2015 de la Ligue des Champions de la CONCACAF a fait vivre des émotions en montagnes russes à tous ceux qui étaient impliqués: les joueurs, l’administration et les partisans.

La finale du tournoi n’est pas la fin de la route pour le club, mais plutôt le début d’un nouveau défi qui se poursuit en MLS.

Topics: