Felipe white jersey vs Revs
USA Today Sports

Les Montréalais s’attendent un match exigeant physiquement contre les Revs

MONTRÉAL – Mercredi, six joueurs étaient assis sur le banc de l’Impact.

Malgré les blessures qui l’empêchaient de remplir son alignement de 18 joueurs, l’Impact a tout de même pu offrir une bonne performance en seconde période, en route vers un verdict nul de 1-1 à Toronto dans la première manche de la finale du Championnat canadien Amway – même en ayant perdu un changement après deux minutes.

La seconde manche de cette finale arrive déjà mercredi prochain, cependant. Les blessures compliquent donc la tâche déjà difficile de la lanterne rouge de la MLS, ce samedi au Stade Saputo, contre la crème de l’Est, le New England Revolution. Mais à ce moment-ci de la saison, l’Impact a de quoi gérer l’accumulation des matchs, d’après Marco Di Vaio.

« Tout le monde est dans la condition pour jouer plus de matchs consécutifs, a avancé Di Vaio du haut de ses 37 ans. Ce n’est pas grave. Ce serait bien si tout le monde était là, mais on peut gérer tranquillement, parce qu’on a beaucoup de jeunes.

« Les jeunes peuvent jouer toute la semaine, a poursuivi Di Vaio en poussant un rire bon enfant. Moi, moins, mais les jeunes peuvent jouer toute la semaine. »

L’entraîneur-chef Frank Klopas ne s’attend pas à un retour massif des blessés. En plus de Felipe et de Nelson Rivas, tous deux tombés au combat mercredi, Matteo Ferrari, Eric Miller, Sanna Nyassi et Maxim Tissot soignent tous quelques bobos. Le personnel réévaluera leur état tard dans la journée de vendredi.

Les Montréalais s’attendent toutefois à un match exigeant sur le plan physique contre les très techniques Revs. Un ou deux renforts ne seraient donc pas de trop. Issey Nakajima-Farran, inadmissible au match de mercredi, sera du nombre.

« Il faut gérer tout ça et aligner une très bonne équipe samedi, car nous avons pour objectif de jouer pour gagner ce match, a indiqué Klopas. Nous sommes en confiance à l’heure actuelle. Il faut surfer sur ce momentum. Nous jouons à domicile. »

Or, les Revs constituent une menace sur la route, de façon générale (ils ont acquis trois de leurs sept victoires cette saison à l’étranger) et à Montréal en particulier (ils ont déjà gagné deux fois au Stade Saputo depuis l’entrée de l’Impact en MLS).

« Selon moi, personne ne s’attend à ce qu’on fasse quelque chose de miraculeux même si on joue à domicile, a reconnu le capitaine Patrice Bernier. Tu joues contre le premier, tu joues à domicile; tous les éléments sont là pour aller faire quelque chose de bien et ramasser trois points. »

Topics: