Issey Nakajima-Farran Impact backdrop
impactmontreal.com

Issey Nakajima-Farran vise un nouveau départ avec l'Impact

MONTRÉAL – En deux gazouillis, tout était bien clair : se faire échanger avait secoué Issey Nakajima-Farran.

Ce caisson de chargement est encore en Espagne, mais le choc s’est dissipé – avec l’aide d’une fête d’anniversaire.

« Ce qui est fait est fait, a reconnu Nakajima-Farran, souriant, ce lundi. Je m’en suis remis. »

Nakajima-Farran a obtenu un essai avec Toronto en janvier, cinq mois après avoir rompu son contrat avec Larnaca, à Chypre. Embauché en mars, il commençait à bien s’installer lorsque TFC l’a échangé à Montréal contre Collen Warner, vendredi dernier.

« J’ai trouvé un endroit il y a quatre semaines, et [les échanges], ça n’arrive pas en Europe ou en Asie, alors je ne suis pas habitué à ça, a expliqué Nakajima-Farran. J’étais simplement secoué lorsqu’on m’a dit ça à mon anniversaire, secoué. C’est comme ça en MLS. Je n’en avais pas la moindre idée. »

S’installer à Montréal ne devrait toutefois pas poser problème. La technique et l’imagination de Nakajima-Farran impressionnent déjà les joueurs – dont de vieux amis comme Patrice Bernier et Heath Pearce – et le personnel de l’Impact, où il constituera une option intéressante dans un couloir.

À Toronto, cependant, Nakajima-Farran savait qu’il devait déloger les Jackson, Alvaro Rey, Jonathan Osorio et Dwayne De Rosario pour obtenir un poste en raison de son inactivité de cinq mois. Mais le défi était alléchant. Après deux buts en cinq matchs de ligue, il lui semblait être dans la bonne direction.

« Mais j’imagine que je ne pouvais pas deviner que ce serait si court », a indiqué Nakajima-Farran.

Le moment de l’échange, de même que les commentaires de l’entraîneur-chef Ryan Nelsen qui a lancé que Nakajima-Farran n’était pas un partant lorsqu’il n’y a aucun blessé au TFC, soulèvent certaines questions.

« Je comprends que Montréal était intéressé au départ, alors je ne sais pas pourquoi TFC ne m’a pas laissé y aller à ce moment, s’est demandé Nakajima-Farran. Si je ne faisais pas partie des plans, pourquoi? Mais là encore, la MLS a toutes ces règles différentes, n’est-ce pas? Les joueurs découverts et toutes ces choses dont je n’ai jamais entendu parler. Que puis-je dire? »

Mais au moins, Nakajima-Farran sait comment négocier ce genre de méandres administratifs.

Il tente de ramener son caisson de chargement en Amérique du Nord depuis janvier.

« Toute ma vie, j’attends qu’elle arrive ici, mon auto et tout, a indiqué Nakajima-Farran. J’attends simplement de pouvoir me sentir chez moi. »

Topics: