Hassoun Camara Mauro Biello preseason
Jonathan Lorentz / impactmontreal.com

L'Impact prêt à être plus flexible au niveau de sa formation

Olivier Tremblay est journalisté attitré à la couverture de l'Impact de Montréal pour MLSsoccer.com

MONTRÉAL – La défaite de 2-1 à Chicago le week-end dernier : un autre chapitre de l’énigme tactique qu’est la saison de l’Impact.

Le match a entretenu l’idée selon laquelle les Montréalais peinent à déverrouiller les défenses adverses avec un seul attaquant, mais marquent relativement facilement lorsqu’ils passent en 4-4-2 : l’Impact s’est approprié le ballon alors que Chicago retraitait après le but dévié de Joel Lindpere à la cinquième minute puis a accordé un deuxième but à Dilly Duka. Mais un tir de Felipe l’a ramené dans le match en deuxième mi-temps, quelques secondes après que le Brésilien soit entré en jeu avec Marco Di Vaio, qui est allé rejoindre Daniele Paponi devant.

S’il est vrai que le milieu de terrain Patrice Bernier insiste sur l’importance du contexte (« Si on ne prend pas le premier but et qu’on fait 1-1, tout le monde est content de notre jeu, parce que nous avions le ballon », a-t-il souligné en entrevue à MLSsoccer.com samedi soir), l’entraîneur-adjoint Mauro Biello précise qu’il est sensé de s’appuyer sur le jeu montréalais en deuxième période alors que des joueurs comme Andrew Wenger se remettent de blessures, que de nouvelles embauches s’intègrent au groupe et que les matchs se succèdent à un rythme effréné.

« Ce n’est pas le schéma qui va faire la différence dans un match, a indiqué Biello mardi. C’est normal de bâtir un schéma sur le profil des joueurs que tu as. Nous essayons toujours de trouver ce schéma qui va rendre service au profil de nos joueurs et qui nous aidera à gagner des matchs. »

Que Biello sous-entende une consécration du 4-4-2 ou non – une infirmerie presque vacante faciliterait certainement l’alignement d’un schéma à deux attaquants –, le défenseur Hassoun Camara s’entend avec Biello sur l’inspiration que doit tirer l’Impact de cette seconde mi-temps. Selon le polyvalent Français, l’équipe ne doit pas se cacher derrière le débat autour des formations tactiques. Ce qui doit changer, croit-il, c’est la mentalité.

« Nous avons bien entamé à Chicago, mais nous avons eu 20, 30 dures minutes où nous avons un peu lâché, a indiqué Camara. Nous aurions dû revenir à notre organisation. Mais la deuxième mi-temps a été beaucoup mieux dans tous les domaines. Nous avons récupéré le ballon beaucoup plus haut et mis beaucoup de pression sur cette équipe. C’est la même équipe qui a joué en première et en deuxième mi-temps, sauf que l’animation n’était pas la même. »

Topics: