BraunChivas2

Le chemin improbable de Braun vers la MLS

Dans le monde du sport, les histoires de joueurs obtenant un succès surprise sont appréciées et respectées, notamment parce que le rêve de devenir un athlète professionnel est difficile à atteindre, en plus de devoir franchir différents obstacles au passage. Les chances de voir ce rêve s’évanouir sont donc plus probables.Dans le cas de Justin Braun, les chances se sont manifestées tardivement.

Au cours des dernières années, Braun s’est établi comme un excellent buteur, marquant 17 buts lors des deux dernières saisons au sein de l’alignement régulier de Chivas USA.

Le chemin qu’il a prit pour connaître du succès s’est avéré peu conventionnel.

« Je n’ai pas reçu d’offres universitaires lorsque j’ai terminé mon secondaire. J’ai donc décidé de demeurer à Salt Lake, ma ville natale, explique Braun. Je suis allé au collège communautaire, joué un peu au soccer, avant d’entrer à l’Université de l’Utah, où il n’y avait pas d’équipe de soccer. »

Sa carrière semblait à ce moment mise de côté, disputant alors des matchs de niveau amateur avec l’Olympique Montreux, dans une ligue du samedi soir. Son rêve de devenir un athlète professionnel semblait se dissiper.

« C’était difficile. Ne pas avoir été repêché a définitivement mis mes plans en veilleuse. Déjà que Salt Lake n’est pas un endroit très reconnu pour le développement de joueurs de soccer. Ce fut vraiment difficile. »

Bien qu’il n’ait pas reçu de bourse et qu’il n’ait pas joué au niveau universitaire, Braun a tout de même décidé de ne pas abandonner.

« Quand j’étais plus jeune, un entraîneur m’a dit de toujours travailler fort chaque fois que j’étais sur le terrain, car on ne sait jamais qui nous regarde, explique l’attaquant de six pieds et trois pouces. Je n’ai jamais lâché prise et j’ai toujours donné le meilleur de moi-même, peu importe le niveau de jeu. »

Son travail acharné a été récompensé en 2008 lorsqu’il a été invité à participer à la Coupe George F. Donnelly, un tournoi amateur impliquant les équipes de différents états. Braun faisait alors partie de l’équipe Utah Select.

Par un heureux hasard, un certain Predrag « Preki » Radosavljević, alors entraîneur-chef de Chivas USA, était dans la foule pour regarder les matchs du tournoi, présenté au Home Depot Center, en janvier 2008.

« Après m’avoir vu jouer, Preki m’a invité aux entraînements préparatoires de Chivas, et deux semaines plus tard, l’équipe m’a offert un contrat de développement, que j’ai signé en mars 2008. Je vis depuis le grand rêve de jouer au niveau professionnel. Cela démontre que les bonnes choses arrivent quand tu travailles fort et que tu n’abandonnes pas. »

Braun espère que son ardeur au travail continuera de lui apporter de bonnes choses la saison prochaine dans une nouvelle ville, au sein d’une nouvelle équipe et devant de nouveaux supporters.

Topics: