FOCUS - 24 avril 2006De Santis est bien entouré

Il ne sera pas seul pour effectuer ce travail, toutefois, puisqu’il pourra sonder les opinions et observations de ses adjoints Peter Pinizzotto, Gil Orriols Jansana et Youssef Dahha.

Aux yeux de De Santis, le mot “adjoint” ne suffit pas pour décrire avec justesse le travail effectué au sein de l’équipe par Pinizzotto, qui a occupé le poste d’entraîneur-chef des Lynx de Toronto durant sept années avant de venir aider l’Impact à l’aube de la saison 2004.

«Il est plus qu’un adjoint, il est à mes côtés, je nous vois comme une équipe d’entraîneurs qui essaient tous deux d’améliorer l’équipe, déclare De Santis. Même si nous avons tous deux nos opinions, nous avons une très bonne relation en ce qui concerne notre façon de voir les choses.»

«Je suis plus calme, tandis que Nick a sensiblement le même comportement que lorsqu’il était joueur — il est très intense. Et ça fonctionne bien», affirme Pinizzotto.

De Santis consulte sans cesse Pinizzotto durant la saison, mais ce fut également le cas cet hiver. Il a donc pu compter sur son aide pour bâtir l’équipe actuelle, qui compte plusieurs nouveaux venus de marque, comme Kirk Wilson, Mauricio Salles et Daniel Antoniuk, entre autres.

«Nous nous parlions au moins une à deux fois par semaine quand je n’étais pas à Montréal. Les lignes de communication ont toujours été très bonnes,» indique Pinizzotto.

«Peter nous amène beaucoup d’expérience, il connaît très bien le reste de la ligue, affirme le vétéran défenseur Gabriel Gervais. Il joue un rôle très important dans l’équipe. Il est très bon tactiquement, il a beaucoup de créativité.»

Dahha, un ancien membre des équipes nationales junior et olympique du Maroc, s’est lui aussi joint au onze montréalais en vue de la saison 2004, à titre d’entraîneur des gardiens de but.

«C’est un très bon motivateur et il s’attarde toujours aux petits détails, affirme Greg Sutton, qui a été couronné Gardien de but de l’année dans la ligue pour la troisième saison de suite en 2005. Il me tient aux aguets, il s’assure que je ne me repose jamais sur mes lauriers.»

Même s’il ne fait aucun doute que Sutton sera encore le gardien titulaire de l’Impact cette saison, Dahha n’a pas de favoris. Il traite le gardien de six pieds, six pouces de la même façon que ses adjoints, Andrew Weber et Gerry Argento.

«En ce qui me concerne, il n’y a pas de gardien numéro un, deux ou trois, dit Dahha, qui est aussi responsable des gardiens pour les Équipes du Québec, le Centre national de haute performance et les Citadins de l’UQAM. La préparation se fait de la même façon pour tous les gardiens. Si Greg attrape le rhume, les autres doivent être prêts.»

«Il est également très bon dans le vestiaire avec les gars, dit De Santis au sujet de Dahha. Il amène de l’énergie positive à l’équipe.»

Orriols Jansana, qui s’est ajouté au personnel d’entraîneurs cet hiver à titre de spécialiste de la préparation physique, s’amène avec un c.v. impressionnant, lui qui a notamment oeuvré comme entraîneur physique de l’équipe réserve et des équipes juvéniles du FC Barcelone. Il détient aussi une maîtrise en sciences du sport de l’éducation physique, avec spécialité en soccer haute performance, à l’Université de Barcelone.

«Je voulais revenir au Québec, dit-il pour expliquer son choix de carrière, lui qui aurait sans doute pu se dénicher un poste ailleurs en Europe. En 2001, après l’université, j’avais passé du temps à Québec, j’avais travaillé pour la Fédération de ski là-bas et j’ai bien bien aimé cela, la qualité de vie était bonne. J’ai pensé à la suite de ma carrière en fonction de ces autres facteurs, pas en fonction de l’argent ou de la reconnaissance publique.»

Orriols Jansana a veillé à la remise en forme des joueurs durant la saison morte et le camp d’entraînement, et cet été il prendra en charge les joueurs blessés une fois que leur période de réadaptation avec le physio sera complétée.

«Gil nous amène une autre dynamique, déclare Gervais. Il nous fait faire des exercices qui ont pour but de favoriser l’aspect physique, mais en même temps qui nous font toucher le ballon, qui ont un aspect tactique. Il conçoit aussi des programmes pour chaque joueur, en fonction de ses besoins.»

Chez l’Impact, le succès est donc le fruit d’un travail d’équipe, tant chez les entraîneurs que chez les joueurs.

-30-

Topics: