FOCUS – 17 avril 2006Déjà sur la route... pour mieux se préparer

La raison: le camp d’entraînement se poursuivra à Fort Lauderdale, au Complexe sportif Hilton Sunrise, un endroit où vont s’entraîner plusieurs équipes nationales en visite aux Etats-Unis en prévision de matchs internationaux, ainsi que des formations de la Major League Soccer.

«Mike Moretto (gérant de l’équipe) et Joey Saputo (le président) connaissent les gens qui dirigent le complexe et Mike, à cause de son travail avec l’équipe canadienne des moins de 17 ans, a vu les installations, qui sont très impressionnantes, explique l’entraîneur-chef de l’Impact Nick De Santis. L’an prochain, nous pourrions même nous y rendre plus tôt encore.»

De Santis affirme qu’il cherchait un endroit de la sorte dans le but de répéter l’expérience de l’an dernier, alors que l’Impact s’était dirigé à Porto Rico, en vue de son premier match de la saison contre les Islanders, plusieurs jours d’avance. L’idée s’était de toute évidence avérée fructueuse puisque l’équipe avait amorcé la saison avec une séquence de 15 matchs sans défaite, un record de la ligue, en route vers le championnat de la saison régulière de la Première division de la United Soccer Leagues.

«L’an dernier, ça nous avait beaucoup aidé d’arriver tôt. On a pu s’habituer à respirer l’air chaud, et aussi s’habituer à la surface. Dans le sud, le gazon est différent, alors le ballon ne réagit pas de la même façon, les touches de balle ne sont pas pareilles, déclare le milieu Antonio Ribeiro. C’est également très bon pour la chimie et l’esprit d’équipe. On peut manger et faire des activités ensemble.»

«Ce sera une occasion de mieux connaître les forces de nos nouveaux joueurs, de voir ce qu’ils aiment faire et ce qu’ils n’aiment pas faire», ajoute le capitaine Mauro Biello.

Le séjour à Fort Lauderdale en vaut d’autant plus la peine qu’après le match contre Miami, le onze montréalais se dirigera vers Porto Rico pour y affronter les Islanders le dimanche suivant. Suivront ensuite des rencontres contre le Battery à Charleston et les Mariners à Virginia Beach, les 13 et 14 mai. Tous ces matchs seront donc disputés dans des conditions climatiques quasi identiques.

«C’est important de s’acclimater aux éléments, surtout dans les endroits où il fait chaud. On ne ressent pas l’air de la même façon lorsqu’il entre dans les poumons», souligne Biello.

Même si le camp de l’Impact déménagera en terre américaine, plusieurs médias québécois continueront de suivre les activités de l’équipe de près. Des représentants du Journal de Montréal, de La Presse, de XM Radio et de CJAD seront notamment sur place.

«C’est bien de voir que nos partisans pourront suivre comment l’équipe se prépare pour le début de la saison, affirme Biello. Ça donnera lieu à une belle atmosphère.»

De Santis prévoyait aussi profiter de l’occasion pour se rendre en Floride avant ses joueurs afin d’aller épier un match préparatoire de Miami contre Portmore United, équipe championne de la Jamaïque et des Caraïbes, qui devait avoir lieu le dimanche de Pâques.

-30-

Topics: