BJMOORE_COL_FR

Le match contre les Colorado Rapids en couleurs

Les coéquipiers de Tim Howard embourbés, mais motivés

À l’instar de l’Impact, les Colorado Rapids ont besoin d’un déclic pour relancer leur saison. Tandis que les Montréalais sont l’équipe la plus en forme du moment en MLS, avec quatre victoires en cinq matchs – tout comme le FC Dallas – qui ont propulsé le Bleu-blanc-noir à deux points d’une place en séries, les Rapids, eux, ont rebondi d’une série de neuf défaites consécutives par trois matchs sans défaite, mais ont échappé l’affrontement contre Seattle, mercredi à domicile.

Si le dernier rempart défensif, nommé Tim Howard, reste toujours difficile à battre, on se fie beaucoup, peut-être même trop, à lui du côté de la défense coloradienne. Les hommes d’Anthony Hudson ont laissé 278 tirs être décochés vers la cage de l’ancien gardien de Manchester United, le deuxième plus haut total de la MLS. Est-ce dire que l’attaque montréalaise se régalera samedi? Voici les trois éléments à surveiller dans ce match.

  1. Jouer au ballon

Attendez-vous à voir l’Impact tenir le ballon. D’un côté, les joueurs du Bleu-blanc-noir ont gagné beaucoup de confiance dans cette séquence de quatre victoires en cinq matchs; Saphir Taïder et Ken Krolicki, accompagnés de Samuel Piette ou de Shamit Shome au milieu de terrain, notamment, ont de plus en plus d’influence sur le jeu montréalais. De l’autre, les visiteurs des Rocheuses ont la pire moyenne de possession de la première division nord-américaine, gardant le ballon pour 41,1% du match. Ça va tourner.

  1. Continuer de défendre à partir de l’avant

Sans le ballon, les Montréalais sont de plus en plus difficiles à démonter. L’Impact défend en groupe, des attaquants jusqu’au dernier défenseur. Le travail collectif paye, puisque dans quatre des six derniers matchs de l’équipe, aucun tir n’a été cadré sur le filet d’Evan Bush en première mi-temps. Voilà une statistique qui démontre l’étendue de l’amélioration en défense du Bleu-blanc-noir, mais qui vient démoraliser les visiteurs du Stade Saputo. Lorsque les attaquants n’ont rien à se mettre sous la dent, la confiance s’égrène et les décisions sont prises sous le coup de la frustration.

  1. Rigueur, rigueur, rigueur

On ne doute pas du tout de la détermination de l’équipe de Rémi Garde à vouloir continuer d’enligner les bons résultats. Cependant, contre ce genre d’adversaire, on peut avoir tendance, parfois, à se laisser endormir et à penser que c’est gagné d’avance. L’Impact devra être vite sur ses crampons, surtout pour gérer Dominique Badji, le rapide attaquant des Rapids qui mène les siens avec six buts, mais qui va certainement galérer contre Rudy Camacho et Rod Fanni, qui a signé une prolongation de contrat plus tôt cette semaine.

 

Topics: