article_OM_28oct_fr

Une entrée en matière convaincante

À l’ombre de la Maison-Blanche, l’Impact de Montréal a connu jeudi une soirée qu’on peut qualifier de présidentielle lors du match de barrage des séries éliminatoires de la Coupe MLS 2016 contre le D.C. United : première victoire sur le terrain du RFK Stadium pour le club, première équipe à remporter un match de barrage à l’étranger depuis 2012, première équipe canadienne à gagner un match de séries sur la route, deuxième équipe à gagner deux matchs de barrage de suite et un record de buts marqués dans un match de barrage. La performance magistrale de l’effectif bleu-blanc-noir met ainsi la table à une demi-finale qui promet contre les New York Red Bulls.

« Si on enlève les deux derniers buts, de A à Z on a appliqué exactement ce que Mauro et le staff nous ont demandé à l’entraînement : rester compacts, structurés, travailler en groupe, explique le capitaine Patrice Bernier. Nous savions qu’il y allait avoir des espaces pour donner des ballons à Nacho [Piatti], à Dominic [Oduro] et à Matteo [Mancosu] pour trouver des occasions et c’est ce qui est arrivé. Pendant 85 minutes, le match a été quasiment la perfection pour nous. À la fin, on a gagné et l’état d’esprit est au top. Il faut rentrer à Montréal, conserver cet état d’esprit pour avoir un très bon résultat contre les Red Bulls et un avantage avant d’aller à New York. »

La brigade défensive et le milieu de terrain montréalais ont offert toute une prestation à Washington, limitant les locaux à quatre tirs cadrés, le premier venant aussi tard que la 76e minute. Mais surtout, l’Impact n’a jamais vraiment semblé dans le pétrin jusqu’aux arrêts de jeu.

« On a su gérer le tempo, on a su conserver le ballon quand il le fallait, poursuit Bernier. On a senti qu’on a joué avec plus de confiance durant les moments difficiles. C’est ce que Mauro a demandé : jouer avec confiance et garder le ballon quand il le fallait. On l’a vu, pendant 85 ou 90 minutes on a joué un très bon match. On doit garder cet état d’esprit; si on joue comme ça, on va être très difficile à battre. »

 

Un partenariat gagnant-gagnant

Grâce au but de Laurent Ciman sur corner dès la quatrième minute, le trident offensif de l’Impact a pu profiter de nombreux espaces dans le dos d’un bloc défensif de D.C. qui n’avait d’autre choix que d’être plus haut sur le terrain pour combler l’écart. Dans ce contexte, les qualités techniques et la vision de Nacho Piatti combinées à la vivacité et la rapidité de Matteo Mancosu ont fait d’énormes dommages aux espoirs washingtoniens.

« Avec Matteo, on se trouve bien, dit le maestro argentin. Je suis content qu’il ait marqué deux buts aujourd’hui. Je pense que sur mon but, Matteo a voulu me donner le ballon parce que je lui ai fait la passe décisive sur son premier but. Je ne m’en plaindrai pas! »

Les supporters de l’Impact ne se plaindront pas non plus de cette chimie dévastatrice, à quelques heures de l’arrivée des New York Red Bulls au Stade Saputo (billets disponibles ici).