Championnat canadien : L'Impact n'a aucune intention d'utiliser le frein à main à Vancouver

MONTRÉAL – Samedi dernier, après que son équipe ait rempli les filets dans une victoire de 5-3 contre le Philadelphia Union, l’entraîneur-chef de l’Impact Marco Schällibaum a fait quelque chose d’à peu près inédit : il a parlé du match suivant.

Le message était le suivant : nous pouvons marquer, et nous sommes prêts. En vue du deuxième match de la finale du Championnat canadien Amway de mercredi contre les Vancouver Whitecaps (22h HE, TVA Sports et Sportsnet au Canada), les propos de Schällibaum n’avaient rien d’une vague appréciation de l’attaque de son équipe.

LIRE : Avant-match - Finale Championnat canadien Amway, match-retour

Avec 17 buts en 6 matchs en mai, les Montréalais ont raison de croire qu’ils peuvent mettre les ‘Caps sous pression : un résultat de 0-0 dans le premier match signifie que chaque but de l’Impact à BC Place force la main de Martin Rennie. S’il est vrai que le technicien écossais a organisé le seul blanchissage d’un adversaire de l’Impact ce mois-ci, Schällibaum s’attend toutefois à ce que les Whitecaps soient plus ouverts cette fois.

« Si j’ai le choix, le plan A, c’est de marquer tout de suite, a admis Schällibaum. Mais bon, il y a toujours un adversaire qui ne veut pas de ça. L’important, c’est d’entrer sur le terrain comme au dernier match – et même comme durant toute la saison – et avec ce but, de rapporter la coupe à Montréal. »

D’autre part, le fait qu’aucun but n’ait été marqué dans le premier match à domicile fait également en sorte que les Montréalais ont pour ainsi dire besoin de marquer à Vancouver. Les joueurs de l’Impact ne ressentent toutefois pas ce genre de pression, car ils jugent plutôt que leur premier quatuor défensif, maintenant en bonne santé, devrait être un test d’importance pour les ‘Caps.

« Je crois que les gens oublient qu’ils ont besoin d’un but autant que nous, a souligné l’attaquant Andrew Wenger. Et si nous marquons là-bas, ils se retrouvent en grande difficulté. À mes yeux, il y a plus de pression sur eux que sur nous. »

LIRE : Di Vaio nommé Joueur de la semaine en MLS après son tour du chapeau contre Philadelphie

Et malgré les trois buts accordés ce week-end, les Montréalais se sentent capables de maintenir la pression de devoir marquer sur les Whitecaps. L’insouciance n’est pas au rendez-vous, mais Schällibaum voit d’un bon œil que pour ses hommes, encaisser plusieurs buts, c’est relever le défi d’en marquer un de plus.

« L’équipe veut aller en avant à 100 %, a soutenu Schällibaum. Alors, pourquoi freiner des gens qui veulent aller en avant, qui veulent avoir du succès? Et nous allons à Vancouver avec le même esprit. Je ne peux pas jouer différemment avec cette équipe : ils veulent absolument continuer ce qu’ils ont montré ces dernières semaines, alors je ne peux pas mettre le frein à main. »

Topics: