Marco Schällibaum Portland Timbers
USA Today

L'entraîneur-chef Marco Schällibaum satisfait des récents succès : « Nous sommes comme des artistes »

MONTRÉAL – C’est l’heure de la confirmation.

L’Impact de Montréal était irrésistible sans la correction de 6-0 infligée au Toronto FC, mercredi dernier en Championnat canadien Amway. Mais l’équipe doit maintenant être sans merci en MLS tout en faisant preuve d’une certaine prudence contre les San Jose Earthquakes, ce samedi après-midi au Buck Shaw Stadium.

Les Earthquakes pourraient s’avérer aussi dangereux que le tigre montréalais blessé qui s’est relevé contre TFC. Sans victoire depuis le 23 mars, San Jose verra une occasion de se racheter en cet Impact, qui jouera son quatrième match en 11 jours. Or, l’entraîneur-chef Marco Schällibaum lance un avertissement : ce dont le reste de la MLS – et, à n’en point douter, les San Jose Earthquakes – a été témoin n’est qu’un aperçu de ce qui s’en vient.

« Hier, ils ont vraiment exprimé ce que nous visons depuis des semaines, a affirmé Schällibaum jeudi. Nous sommes comme des artistes : nous travaillons la semaine et nous allons sur la scène le mercredi et le samedi pour montrer ce que nous pouvons faire. »

Les Montréalais voudront bâtir sur le spectacle à grand déploiement offert contre TFC, mais la distribution changera ce samedi puisque Schällibaum s’attend à apporter trois ou quatre changements au XI partant aligné mercredi.

Cela dit, non seulement cette victoire a-t-elle permis à Montréal d’accéder à la finale du Championnat canadien, mais elle a également donné à Schällibaum d’intéressantes options en attaque. Justin Mapp et Andrew Wenger ont tous deux marqué pour la première fois en 2013, et de plus en plus de joueurs atteignent un bon niveau de forme, ce qui pourrait mobiliser l’Impact et rendre la rotation de l’effectif plus aisée.

LIRE : Face à Face - Marco Di Vaio vs. Chris Wondolowski

« Il faut toujours confirmer, a indiqué Schällibaum. Ce sera dur de confirmer le match d’hier soir, parce que c’était vraiment d’un très haut niveau. Mais il faut toujours confirmer. Il ne faut jamais arrêter, parce que si tu arrêtes, tu restes en place et il faut toujours aller en avant. C’est pourquoi je dis qu’avec moi, il n’y a pas de danger : je sais combien ça va vite dans le foot, alors il faut tout faire pour rester en haut. »

Visiblement, le message est passé.

« On retourne dans la ligue; [le match contre TFC] ne doit pas être un point à la fin d’une phrase, mais juste une virgule, a souligné le milieu de terrain Patrice Bernier. C’est un point de départ, pas un point d’arrêt. »

Topics: