L'attaquant Daniele Paponi pourrait faire ses débuts en MLS contre le Fire

MONTRÉAL – Avec le plafond salarial de la MLS, les clubs ne peuvent pas, comme certains géants européens – tous les géants européens, diront plusieurs –, acheter des attaquants pour le simple plaisir de la chose.

Lorsque l’Impact de Montréal a emprunté l’attaquant Daniele Paponi à Bologne, la question visait donc à savoir non pas si Paponi allait jouer en MLS, mais bien quand. La réponse pourrait bien être « ce samedi », alors que l’Impact affronte le Chicago Fire au Stade Saputo. Paponi pourrait donc retrouver son ancien capitaine à Bologne, Marco Di Vaio, sur le terrain pour la première fois depuis le 11 septembre 2011 (Fiorentina 2-0 Bologne).

Paponi a joué 30 minutes contre le Toronto FC ce mercredi, mais a admis le lendemain qu’il ne se sentait toujours pas à 100 % physiquement. Songer à un départ contre les hommes de Frank Klopas pourrait donc être exagéré, mais Paponi envoie de bons signaux à ses entraîneurs.

« Nous avons parlé avec lui après le match [à Toronto] et il a dit se sentir à l’aise, a affirmé l’entraîneur-adjoint Mauro Biello. C’est normal, quand tu t’intègres à une équipe, que ça prenne du temps pour s’adapter. Il est en forme, il travaille très fort et s’il a été capable de jouer 30 minutes, il pourra en donner plus ensuite. »

Marco Di Vaio a bien commencé sa deuxième saison en MLS. Il a déjà trouvé le fond du filet trois fois et sème constamment le doute dans les défensives adverses.

Les adversaires surveillent logiquement Di Vaio de plus en plus près avec chaque match, et un partenaire comme Paponi pourrait alléger la pression sur Di Vaio ou, à tout le moins, profiter de bons espaces. Biello admet que les Montréalais ont besoin d’options pour créer des occasions et marquer, mais que l’Impact joue à un ou à deux attaquants, a souligné le défenseur Hassoun Camara, ce qui compte, c’est l’animation offensive.

« On peut mettre cinq attaquants, mais s’ils restent sur la même ligne et sur la même mise en place, il n’y a aucun mouvement et aucun angle, a expliqué Camara. C’est l’animation que nous allons proposer demain qui sera intéressante. Les entraîneurs ont fait leur travail. À nous, joueurs, de répondre demain et d’animer le match comme il le faut. »

Topics: