Troy Perkins élève son jeu et défie les critiques

MONTRÉAL – La carrière de Troy Perkins à Montréal est vieille de 15 matchs, et le gardien de but a assurément tenu sa promesse au directeur général des Portland Timbers, Gavin Wilkinson, qui avait affirmé après avoir échangé Perkins contre Donovan Ricketts qu’il s’agissait d’une « amélioration » : il a répondu aux critiques par son rendement sur le terrain.

Ce début de saison est le meilleur de Perkins en MLS. Il n’a accordé que cinq buts – l’un d’eux était un tir de pénalité – en six matchs, dont quatre victoires. Comme vers la fin de 2012, les partisans montréalais ont adopté le gardien de 31 ans, qu’ils voient comme leur numéro 1.

LIRE : L'Impact se contente d'un point contre le Crew

Humble et honnête, Perkins a cru bon rendre hommage au travail qu’abattent le gardien no 2 Evan Bush – qui devrait débuter le match de Championnat canadien Amway mercredi prochain –, le troisième gardien Maxime Crépeau et l’entraîneur des gardiens Youssef Dahha.

« Au bout du compte, il ne s’agit pas que de moi, mais également d’Evan, de Max et de Youssef ainsi que de notre ardeur quotidienne au travail et des attentes envers nous, a expliqué Perkins. Nous nous sommes dit, dès le premier jour de la présaison, que nous voulions être le meilleur groupe de gardiens de la ligue. »

Bush et Crépeau n’ont pas encore eu l’occasion de se prouver en matchs compétitifs cette saison, mais Perkins se classe certainement parmi les meilleurs cerbères de la ligue ces jours-ci. Son pourcentage d’arrêts de 81 % le place au deuxième rang parmi les gardiens ayant disputé le minimum de matchs joués par les équipes de MLS cette saison, qui est de cinq.

Mais garder les buts, ce n’est pas qu’une question d’arrêter des tirs. C’est aussi une question d’organisation des joueurs devant soi. Youssef Dahha se dit très satisfait de son gardien partant qui doit être, explique-t-il, un « deuxième entraîneur » sur le terrain.

LIRE : Maxim Tissot progresse

« Je dis toujours qu’un gardien ne travaille pas pour les joueurs, mais que les joueurs travaillent pour lui, a soutenu Dahha. Lui, il va aider les joueurs. Si le joueur ne fait pas son travail, c’est sûr que le ballon va arriver dans la surface du gardien. Alors s’il ne gère pas, il va subir pendant tout le match. Et jusqu’à maintenant, je trouve qu’il gère très bien ses joueurs, surtout la ligne du milieu et la ligne défensive. »

Perkins partage l’avis de Dahha : « Je ne dirais pas que ce n’est que les quatre défenseurs. Ils sont cinq, six, voire sept joueurs à avoir fait du bon travail. […] Les gars devant moi sont très savants et expérimentés. Ça ne change pas grand-chose à mon travail. Je vais leur dire les mêmes choses. Je vais leur crier après. Je vais continuer de faire tout ça, car ça me garde impliqué. »

Topics: