Patrice Bernier Seattle 2013
USA Today

Patrice Bernier, le pilier offensif et défensif de l'Impact

MONTRÉAL – Intransigeant en défense et redoutablement efficace en attaque : Patrice Bernier est le facteur décisif pour l’Impact de Montréal en 2013.

En soi, les trois passes décisives du Brossardois en quatre matchs sont déjà extraordinaires, mais imaginez : Bernier a fourni les trois sur des buts gagnants, rien de moins. De plus, il a sans doute été le joueur par excellence de chacun de ces matchs qui ont donné à Montréal une fiche de 4-0-0.

Et dire qu’à ce point-ci de la saison dernière, Bernier s’apprêtait à vivre des moments douloureux.

LIRE : Il y a place à l'amélioration selon Di Vaio

« Au même stade l’an dernier, j’avais joué le quatrième match contre New York, puis j’ai arrêté de jouer, s’est rappelé Bernier. Maintenant, j’ai joué le quatrième match et ça va beaucoup mieux pour ce qui est de la reconnaissance. »

Ces quatre premiers matchs de 2012 avaient constitué une période d’ajustement à la MLS, après huit saisons passées en Norvège, en Allemagne et au Danemark. Même s’il avait été l’un des meilleurs joueurs sur le terrain dans le quatrième, l’Impact avait subi une correction de 5-2 aux mains des Red Bulls.

Bernier n’a pas joué le match suivant, une défaite de 1-0 sur le terrain du Real Salt Lake. C’était le début d’une incompréhensible séquence de huit matchs au cours desquels il n’a joué que 107 minutes.

Puis, les choses ont changé. Plus à l’aise au sein d’un milieu à trois, Bernier a récupéré son poste de partant en mai, alors que l’entraîneur de l’époque, Jesse Marsch, était passé au 4-2-3-1. Avec Bernier, Felipe et Collen Warner au centre du terrain, l'Impact n'était plus la même équipe.

« J’ai simplement attendu mon tour, et mon tour est venu », avait alors dit Bernier à TVA Sports.

Buts et passes décisives étaient inévitables. Bernier a commencé sa contribution personnelle par un but et une passe décisive dans une défaite de 3-2 au Colorado contre les Rapids, le 26 mai. Neuf buts et huit passes décisives plus tard, il était devenu le joueur le plus utile de l’équipe en 2012, un joueur qu’aucun entraîneur n’écarterait de ses plans en vue de 2012.

Cette année, l’Impact déploie toujours un milieu à trois, mais inversé. Dans ce 4-1-4-1, Bernier protège la défensive et lance souvent les contre-attaques. Le directeur sportif Nick De Santis, qui voulait d’ailleurs voir Bernier évoluer à cette position depuis un moment déjà, considère maintenant la décision de l’entraîneur-chef de Marco Schällibaum comme un tournant dans le parcours de l’Impact – et de Bernier.

« D’abord et avant tout, cela pourrait facilement prolonger sa carrière. Avec son expérience et son intelligence de jeu, même plus en retrait, il voit ce qui se passe devant lui, a expliqué De Santis. Les défenseurs savent qu’ils ont un joueur devant eux auquel ils peuvent, à n’importe quel moment, donner le ballon, et les joueurs de la ligne offensive savent qu’ils ont un joueur derrière eux qui anticipe bien et qui relance le jeu tout de suite. »

INDEX CASTROL : Qui est le joueur étoile pour Montréal ?

Pour l’instant, tout semble effectivement partir de Bernier. Le numéro 8 de l’Impact fait prendre conscience aux autres équipes de ce que les partisans montréalais savent depuis un moment : la portée des passes de Bernier est parmi les meilleures en MLS.

Le jeu de transition montréalais a déjà fait chuter Seattle, Portland, Toronto et New York, et ce, en grande partie grâce à Bernier. Schällibaum avait martelé, au début de la présaison, qu’il lui fallait déployer devant la défense quelqu’un en qui il pouvait avoir une totale confiance, un pilier qui ferait à toute vitesse le lien entre les deux phases de jeu.

« Je sais que la première chose que l’entraîneur a apprise quand il est arrivé, c’est que la ligue est très athlétique et qu’il fallait donc jouer plus vite, a expliqué Bernier. Si le ballon circule plus vite, tu prends moins de coups. Actuellement, la façon exacte dont on veut jouer n'est pas celle qui ressort, mais on joue vite vers l'avant. »

Vite, et de manière redoutablement efficace. Ce rôle, Bernier l’a mérité. Et visiblement, il était fait pour le jouer.

Topics: