PIETTE_LOVITZ_FRE

Ennemis pendant 90 minutes

Samuel Piette et Daniel Lovitz s’affronteront dans un match important

1985 a été une année assez intéressante. Le premier Retour vers le futur, un film culte toujours regardé partout dans le monde, sortait en salles; Michael Jordan a été nommé recrue de l’année dans la NBA, la première reconnaissance d’une carrière qui est passée à l’histoire; et l’équipe nationale masculine canadienne de soccer, dirigée par l’entraîneur-chef anglais Tony Waiters, a battu les États-Unis 2-0 dans un match amical à Vancouver.

C’est la dernière fois que l’équipe nationale masculine du Canada a remporté un match contre les États-Unis. Depuis, les Rouges ont une fiche d’aucune victoire, neuf matchs nuls et huit défaites contre leur voisin au sud.

Ce sera la première fois que le Canada affronte les Stars and Stripes sous les ordres de l’entraîneur-chef John Herdman et ce n’est pas la même équipe que par le passé. Les jeunes Canadiens sont plus forts que jamais grâce à leur nouveau pilote et à la nouvelle structure en place, et le milieu de terrain de l’Impact, Samuel Piette, joue un rôle essentiel dans l’effectif.

Cette fois-ci, il aura l’opportunité d’affronter son coéquipier Daniel Lovitz, qui a été sélectionné par le USMNT pour cette fenêtre internationale.

« On en parle, c’est sûr, a dit le milieu de terrain Samuel Piette. On n’est pas encore entrés dans les détails, mais on est très enthousiastes, évidemment. Personnellement, quand je joue contre les États-Unis, c’est encore plus spécial. Ce sont nos grands rivaux et c’est un match très important pour le classement de la Concacaf. J’ai aussi la chance d’affronter un coéquipier dans un match important comme celui-ci. Ça va être spécial. Je suis pas mal sûr qu’on va échanger nos maillots à la fin, même si pendant le match, je n’hésiterai pas à le tacler. »

« C’est un bel affrontement, a dit le défenseur Daniel Lovitz. Je ne me souviens pas de la dernière fois que les États-Unis ont affronté le Canada, mais je ne pensais pas porter les couleurs de mon pays contre eux et qu’en plus, j’affronterais un coéquipier. C’est excitant. On se taquine un peu, mais je ne partagerai pas les détails. »

Un match de grande importance

Ce match contre les États-Unis, et celui qui suivra dans un mois, est important pour plusieurs raisons; le Canada a l’opportunité de finir au premier rang du Groupe A, dans la Ligue A, de la Ligue des nations de la Concacaf, lui permettant de se qualifier pour la demi-finale du tournoi inaugural, alors que les quatre gagnants des groupes de la Ligue A participeront à un mini-tournoi pour déterminer le gagnant.

De plus, des résultats positifs dans ces matchs augmenteraient aussi les chances du Canada de se qualifier pour le Hex, qui inclut seulement les six meilleures sélections de la Concacaf selon le classement FIFA, et la manière principale de se qualifier pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Si les Canadiens peuvent se qualifier pour le Hex, ce qui reste une possibilité puisqu’ils sont maintenant septièmes et à cinq points FIFA d’El Salvador, sixième, les hommes de John Herdman joueraient des matchs aller-retour contre les autres équipes du groupe, les trois meilleures équipes se qualifiant pour la Coupe du monde. Mais ça veut dire accomplir quelque chose que la sélection n’a pas accompli depuis 1985, et Daniel Lovitz veut s’assurer que cette séquence continue.

« Ça dépend du match. Si on perd, je n’échange mon maillot avec personne, a rigolé Lovitz. Je ne me concentre jamais sur ce qui se passe après le match. De toute façon, de ce que je sais, ma mère les collectionne. »

Topics: