PIATTI_RSL_2017

Trois façons de dessaliniser le Real Salt Lake

Les Utahains sur une séquence de trois victoires de suite

Progressivement, l’Impact retrouve son domicile du Stade Saputo. Les Montréalais disputeront trois matchs en huit jours en sol québécois et, bien qu’il s’agisse d’une séquence éreintante, les joueurs sont bien heureux de regagner leurs supporters, et ce, à compter de mercredi à 19h30 pour la visite du Real Salt Lake (BILLETS – TVA Sports, TSN, 98,5, TSN 690). Ce retour aux sources vient à point pour Rémi Garde et son équipe, eux qui ont une seule victoire à leurs cinq derniers matchs, mais qui pourront de nouveau compter sur le milieu de terrain Samuel Piette, de retour de suspension. On vous invite d’ailleurs à arriver tôt au Stade Saputo pour cette rencontre, puisque les 5 000 premières personnes à entrer au stade recevront la photo d’équipe officielle 2019.
Les représentants salispolitains, quant à eux, ont connu du succès lors des dernières semaines, et ce, malgré l’absence de leur capitaine et emblème Kyle Beckerman – qui a perdu ses traditionnelles dreads récemment – qui pourrait par ailleurs retrouver le terrain contre l’Impact. Les défenseurs montréalais devront aussi avoir à l’œil les Joueurs désignés offensifs Albert Rusnak et Sam Johnson, respectivement auteurs de cinq et quatre réalisations cette année, et se méfier des capacités de frappes lointaines de Jefferson Savarino, trois fois buteur depuis le début de la saison. On vous décortique d’ailleurs trois éléments à surveiller pour cette rencontre face à un adversaire qu’on ne voit qu’une fois aux deux ans au Stade Saputo.

1. Les accélérations dans le rythme

L’équipe de Mike Petke est un peu à l’image de son entraîneur-chef : on joue tranquillement au ballon puis tout d’un coup, on explose. Il n’est pas rare qu’on exploite les espaces sur les ailes chez le Real Salt Lake, que ce soit pour jouer dans le dos de la défense ou pour changer le point focal de l’attaque. Une combinaison de pressing et de flair défensif chez l’Impact aidera à minimiser ce genre de menace.

2. Les 10 premières minutes

Récemment, les Montréalais ont trop souvent laissé l’adversaire marquer un but tôt dans le match. L’Impact devra monter sur le terrain en étant concentré et avec la mentalité de ne rien donner au duel dès la première minute pour bien mettre le pied dans cette rencontre, la première de trois de suite au Stade Saputo qui pourrait d’ailleurs donner un bon indicatif de l’allure du reste de la saison.

3. La patience

Même si l’Impact n’a plus marqué un but en première mi-temps depuis le match du 16 mars à Orlando, les Montréalais doivent faire preuve de patience dans leur approche, tout en prenant des risques calculés et en voulant dicter l’allure du match sur leur propre pelouse. Comme le dit le proverbe : « rien ne sert de courir, il faut partir à point… », même si sur un terrain de soccer, courir, ça sert. Vous comprenez.

Topics: