BJ MOORE FR SJ

Le match contre les San Jose Earthquakes en couleurs

Les visiteurs de samedi n’ont plus gagné depuis deux mois

Dans le coin bleu, l’Impact a gagné ses quatre derniers matchs au Stade Saputo. Dans le coin rouge, les San Jose Earthquakes, encore et toujours menés par Chris Wondolowski, qui n’est qu’à cinq buts du record de tous les temps de la MLS détenu par Landon Donovan, sont sur une séquence de 10 matchs sans victoire. La pire équipe de l’Ouest n’a d’ailleurs que deux victoires en 18 matchs de saison régulière, toutes deux contre le Minnesota United FC, et n’a jamais rien ramené de Montréal en trois matchs ici depuis 2012. Si la conjecture favorise le Bleu-blanc-noir, rien n’est encore joué et les troupes de Rémi Garde devront se méfier d’un adversaire qui peut marquer des buts et qui est dynamique à l’attaque. Il faudra donc rester éveillé du côté des Montréalais.

Affaiblis par les départs à la Coupe du monde des Panaméens Anibal Godoy et Harold Cummings, tous deux revenus de Russie et ayant réintégré l’effectif de départ samedi dernier contre Portland, San Jose devra maintenant probablement s’organiser sans son fer de lance Danny Hoesen, sorti à la 33e minute du match au Providence Park la semaine dernière. Comment l’Impact pourra en profiter afin de retrouver le chemin de la victoire? Voici trois éléments à surveiller samedi au Stade Saputo (BILLETS – TVA Sports, 98,5fm, TSN Radio 690).

  1. S’imposer rapidement au duel et à la récupération

Il sera crucial pour les Montréalais d’entrer rapidement dans ce match et d’imposer leur style – et leur force physique. Les Quakes ont presque oublié le goût de la victoire et le moral n’est pas au plus haut; dans ces conditions, la détermination peut s’effriter. En ne laissant aucune chance aux Californiens dans les duels et sur les deuxièmes ballons, l’Impact prendra l’ascendant psychologique dans la rencontre.

  1. Jouer rapidement vers l’avant

Les hommes de Mikael Stahre ne sont pas le New York City FC en possession de ballon, mais sont loin des Colorado Rapids dans leur style. À San Jose, on est joueurs. Ça laisse des opportunités de contre à l’adversaire et la défense a bien de la difficulté à gérer ces situations : on est facilement déséquilibrés, les lignes ne sont pas droites et ces interstices ont profité plus d’une fois aux adversaires des Earthquakes.

  1. Discipline et prévention

Wondo et ses coéquipiers profitent souvent des largesses défensives de leur adversaire. Revirements et penaltys sont fréquemment exploités pour revenir dans le match, notamment contre les deux équipes de Los Angeles, récemment. L’Impact devra être assuré et serein dans son jeu et ses interventions pour éviter ce genre de situation frustrante.

Topics: