Article_OM_11janvier2018

L’expérience internationale

Une équipe d’entraîneurs élite autour de Garde

L’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, démontre déjà l’influence qu’il aura sur le Bleu-blanc-noir. Au beau milieu de la saison européenne, il a réussi à attirer deux entraîneurs engagés dans leur campagne domestique, un autre qui n’avait jamais quitté la France pour un défi professionnel, et a convaincu un homme de la maison aux connaissances diversifiées de se joindre au collectif. Ainsi, Joël Bats, depuis pratiquement toujours à l’Olympique Lyonnais, et Robert Duverne, qui était au RC Lens, ont quitté leur club respectif pour rejoindre le Québec; Maxence Flachez, entraîneur à l’académie rhodanienne lors des trois dernières saisons, est lui aussi embarqué dans le projet; Wilfried Nancy, qui avait rejoint l’Académie de l’Impact comme entraîneur-chef des U18 et qui a été promu en tant qu’adjoint de la première équipe en 2016, demeure de son côté au sein de l’équipe technique.

Présentés hier lors d’une conférence de presse au Centre Nutrilait, les hommes de Rémi Garde arrivent avec l’expérience des plus grandes occasions et un pedigree impressionnant. À tout seigneur tout honneur, commençons par Joël Bats, le doyen du groupe : l’ancien gardien, dans une carrière de 16 ans commencée en 1976, a disputé 504 matchs avec Sochaux, Auxerre et le PSG, en plus de 50 rencontres en équipe de France.

« Le dernier trophée que j’ai gagné en France, c’était avec Rémi Garde. Nous en avons en fait gagné deux. Je suis venu le retrouver ici pour en gagner un de ce côté-ci de l’océan, commence Bats. C’est excitant de travailler, de découvrir un nouveau championnat qui progresse d’année en année et qui intéresse de plus en plus de monde. Je veux relever ce challenge et voir si le savoir que j’ai accumulé fonctionne de ce côté-ci de l’Atlantique. Ce que je sais faire, je le mettrai au service de l’Impact de Montréal, au service de Rémi Garde et au service des gardiens que je vais avoir tout au long de la saison. Je recommence presque à zéro. C’est un nouveau défi et je commence avec une page blanche. »

L’homme de Mont-de-Marsan, au sud-ouest de l’Hexagone, a de nombreux souvenirs reliés au sport et aux ligues nord-américaines de soccer.

« Ça remonte à loin. Ça ne s’appelait pas la MLS, mais ça remonte à Gerd Müller, ça remonte à Pelé, à George Best…, se remémore Bats. Il en a plein qui ont attiré mon œil. Didier Drogba, Thierry Henry… Il y a aussi de plus en plus de médias et de journalistes qui s’y intéressent. La MLS prend une dimension très intéressante dans le football mondial. »

Le préparateur physique Robert Duverne, lui non plus, n’arrive pas en terrain complètement inconnu. Son long parcours professionnel, entamé en 1991 à Lyon, l’a mené en équipe de France, notamment pour la Coupe du monde 2010 – et tout ce que ça comporte… – et en Angleterre, à deux reprises, à Aston Villa, entre autres. Il a ainsi croisé de nombreux joueurs et collègues qui ont directement vu de quoi il en retourne de notre côté de l’océan.

« J’ai eu la chance de travailler avec des joueurs en Premier League, à Aston Villa, qui ont connu ce championnat : Brad Friedel, Brad Guzan, Eric Lichaj… J’ai aussi des amis qui pratiquent ici, comme Laurent Courtois, Pierre Barrieu, qui travaille avec Bob Bradley, relate Duverne. J’ai aussi connu le fils Bradley à Aston Villa. Forcément, on est obligés de comprendre le niveau de la MLS et des joueurs qui viennent de cette ligue pour travailler avec eux. Enfin, mon intérêt a grandi entre le temps où l’avion du président Joey Saputo décolle de Montréal pour venir rencontrer Rémi. Je me suis encore plus intéressé à Montréal et à la MLS », blague-t-il.

Ancien défenseur central de Ligue 1 et de Ligue 2, Maxence Flachez a pris le rôle de formateur dans les dernières années avec la prolifique académie de l’Olympique Lyonnais. Le Grenoblois peaufine déjà son analyse du style nord-américaine.

« Avant que Rémi n’entre en contact avec moi pour ce magnifique projet, je connaissais la MLS, mais de loin. Je ne suivais pas spécialement la ligue. Depuis le premier contact avec Rémi, je m’y suis mis énormément et j’ai découvert ce championnat, explique Flachez. J’ai vu les attentes qu’on peut avoir de nous. C’est un championnat assez athlétique avec des jeux assez directs. Je connaissais un peu quand même, avec tous les joueurs et les grandes stars qui ont rejoint le championnat. C’est une ligue qui m’attire et j’avais envie de vivre cette expérience de l’autre côté de l’Atlantique. »

Le dernier et non le moindre, Wilfried Nancy amènera au groupe ses compétences acquises au Bleu-blanc-noir depuis 2011, ainsi que ses connaissances du système de la MLS. L’homme de Toulon, près de Marseille, connaissait déjà de réputation ses nouveaux collègues.

« Je connaissais déjà Rémi Garde et tous les nouveaux membres du staff. Quand j’ai su qu’il y avait une opportunité de travailler ensemble, en tant qu’entraîneur, c’était une opportunité très intéressante pour moi. Ce qui m’a plu, c’est le discours lors du premier meeting qu’on a eu. Beaucoup de valeurs humaines, les compétences on connait. C’est super pour moi. On sait bien que le football professionnel est dynamique, il peut y avoir des hauts et des bas. Je suis honoré et enchanté de faire partie de ce staff. »

Et nous avons bien hâte de les voir à l’œuvre. La première à Montréal sera le 17 mars, à 15h, au Stade olympique. Le baptême de feu à domicile se fera contre nul autre que le grand rival, le Toronto FC. Les billets sont déjà disponibles.

Topics: