ombre_ billets

Les joueurs de l’ombre – Derrière chaque billet

Impact Média tient à vous procurer le plus d’informations possible sur votre club. Les joueurs sur le terrain revêtent une importance cruciale. Mais le club, c’est aussi tout un groupe de femmes et d’hommes passionnés qui couvrent tous les aspects de l’organisation. Nous vous présentons ici quelques-uns de ces « joueurs de l’ombre ».

La semaine dernière, des milliers de supporters de l’Impact ont été ravis de sortir un bel envoi de leur boîte aux lettres : leur abonnement pour la saison 2017 du Bleu-blanc-noir. Et derrière chacun de leurs sourires se cache un travail de tous les instants.

Antoine Chevalier, gestionnaire de la billetterie, et Julien Lavoie, adjoint à la billetterie, travaillent de concert avec les départements des ventes et du marketing. Ils s’assurent de la bonne organisation de chaque aspect de la logistique des billets, de la programmation à l’impression en passant par la création de codes à balayer et le traitement des demandes de l’interne.

Mais leur grosse période, leur marathon, se joue autour des abonnements de saison. Chaque année, du début du renouvellement en juillet jusqu’au mois d’avril, ils planifient l’année suivante. « Tous les jours, il faut penser à ce que nous pouvons mieux faire la saison prochaine, souligne Chevalier. Nous savons déjà, à ce moment-ci, qu’il faut améliorer telle ou telle chose en 2018 – la distribution des permis de stationnement, l’impression et le design des billets, par exemple. »

Le nombre de paquets rend la tâche d’envoi déjà lourde, mais cette phase est précédée de plusieurs autres, lesquelles se succèdent à un train d’enfer. D’abord, tout au long de la saison, le service de la billetterie doit mettre ses listes à jour afin qu’elles comprennent l’ensemble de ses membres, leurs adresses et leurs préférences. Envoi postal ou cueillette au stade? Carte unique ou billet pour chaque match? Rien n’est laissé au hasard.

Avant la fin de la saison, les gens du marketing connaissent la direction de leur campagne pour la saison à venir. Dès que les thèmes sont bien mis en place, le design du livret de l’abonnement ainsi que des billets eux-mêmes peut commencer. « Dans le cas de la campagne 2017, nous nous sommes rendu compte que “Fidèles” peut se décliner de toutes sortes de façons, explique Geneviève Harbec, gestionnaire principale, Marketing. Ces déclinaisons se retrouvent sur les billets, et la campagne marketing de chaque match s’accorde à ce qui est écrit sur le billet. »

Le brassage d’idées autour de l’apparence du billet dure plus longtemps que sa conception. Le service du marketing travaille en étroite collaboration avec Julie Daigneault, designer graphique et responsable de la création, pour produire un charmant design en quelques semaines à peine. Obtenir la date et l’heure des matchs à imprimer sur les billets prend beaucoup plus de temps, puisqu’elles dépendent de longues discussions entre les clubs, la ligue et les diffuseurs.

Après la production des billets chez l’imprimeur D. English, il faut assembler des paquets qui prendront le chemin des postes. « Cette saison, une équipe locale de soccer nous a aidés, indique Chevalier. Les joueuses de l’Olympique Repentigny senior AAA féminin ont participé à la manutention et à l’assemblage selon les listes de contrôle. Nous avions plus de 3 000 paquets à préparer en un week-end – samedi et dimanche, 9 à 5, et on envoie lundi matin. »

Naturellement, puisqu’il s’agit d’un travail manuel, quelques erreurs peuvent se produire. Il faut alors s’assurer que les corrections soient apportées dans les plus brefs délais. Néanmoins, Antoine Chevalier juge que 2017 est une excellente cuvée, pour laquelle son service a tiré des leçons de la précédente. « C’était important pour nous que ça se déroule très bien cette année. Les représentants nous donnent souvent des échos de leurs appels et les membres sont satisfaits. »

En plus des billets, quelques cadeaux meublent l’enveloppe qui aboutit chez le supporter. Les partenaires du club, s’ils le souhaitent, peuvent offrir une promotion aux membres. Mais chose certaine, le Bleu-blanc-noir inclut lui-même un souvenir dans chaque envoi – généralement l’écharpe de la saison. Conçue par Julie Daigneault, elle demeure un article en vogue, car facile à collectionner. Explorer d’autres avenues n’est pas exclu – un livre-souvenir était offert avec l’abonnement en 2013 –, mais les sondages auprès des membres confirment la popularité de l’écharpe.

Dans d’autres cas, les paquets restent dans la petite salle derrière le bureau de Julien Lavoie, en attendant que les membres viennent les y cueillir. Et n’allez pas croire qu’il ne reçoit que des abonnés devant sa vitrine du Stade Saputo; même si les supporters peuvent presque tout faire sur Internet de nos jours, certains se rendent toujours à la billetterie. « Beaucoup de gens aiment encore venir au stade et tenir les billets dans leurs mains, explique Lavoie. Ils viennent nous voir, habillés en bleu-blanc-noir de la tête aux pieds, et nous parlent de soccer pendant une demi-heure. La moitié d’entre eux passent à la boutique après. On reconnaît les visages. Sinon, on voit beaucoup de touristes et je leur sers de guide en même temps. »

Cela dit, la carte remplacera de plus en plus les billets au fil du temps, puisque le Bleu-blanc-noir vise un stade sans papier, autant que possible, au cours des prochaines saisons. « Nous comprenons l’enjeu pour les entreprises et les partenaires, ce qui fait que nous garderons une certaine souplesse en ce qui a trait aux billets en papier qu’ils peuvent remettre à un client, précise Chevalier. Nous en sommes à 20% carte et 80% papier. Et les gens qui essaient la carte une fois deviennent des habitués. »

Topics: