CF_Bush

Les arrêts cruciaux sur penalty

Onze mètres. C’est la distance qui sépare le ballon de la ligne des buts quand un arbitre décerne un penalty. Si le tir est parfait, comme l’a démontré par Ken Bray, physicien à l’Université de Bath, le gardien n’a pratiquement aucune chance de réaliser l’arrêt. Mais la pression, l’environnement, l’enjeu et la situation de match ont un grand effet sur la performance du tireur. Et parfois, le gardien démontre tout simplement l’ampleur de son talent. Dans la foulée des récentes prouesses d'Evan Bush, Impact Média propose un top 10 des penalties arrêtés.

Evan Bush v Kei Kamara
Impact de Montréal v Columbus Crew
Demi-finale retour de l’Est, 2015
 

Cet arrêt préservant l’avance montréalaise en demi-finale d’association, l’an dernier, démontre l’importance pour un gardien d’anticiper la trajectoire du ballon. Même si le Crew finira par niveler la marque et amener les deux clubs en prolongation, Evan Bush permet à la défense de l’Impact de respirer.

Fabien Barthez v David Beckham
France v Angleterre
Phase de groupes, Euro 2004
 

En avance 1-0, l’Angleterre pense bien avoir l’occasion de se construire une avance presque insurmontable dans ce match de groupe de l’Euro 2004. Un jeune Rooney, encore à Everton, se fait faucher par Sylvestre dans la surface française. C’est David Beckham qui se porte volontaire pour tirer le penalty et qui fait face à son ex-coéquipier mancunien. Barthez plonge du bon côté et deux mains solides bloquent le ballon. Zidane prendra le taureau anglais par les cornes dans les arrêts de jeu en marquant sur coup franc et sur penalty pour permettre à la France d’enlever les trois points. Beckham, lui, ne se remettra pas de ce penalty raté et deviendra la risée en quarts de finale contre le Portugal.

Claudio Bravo v Lucas Biglia
Chili v Argentine
Finale, Copa América Centenario, 2016
 

Champions en titre, les Chiliens se trouvent dans une situation identique à leur précédent triomphe : les tirs de barrage sont nécessaires pour départager La Roja des Argentins. En avance 3-2, Claudio Bravo agrippe le tir de Biglia à deux mains et met la table pour Francisco Silva, qui ne tremblera pas. Le Chili soulève pour la deuxième fois en deux ans la Copa América.

Petr Cech v Arjen Robben
Chelsea v Bayern Munich
Finale, Ligue des champions de l’UEFA, 2012
 

Après que Thomas Müller et Didier Drogba se soient échangé des buts de la tête au premier poteau dans les dix dernières minutes pour amener la finale en prolongation, ce dernier fait faute sur Ribéry dans la boîte. Robben se charge du penalty, qu’il tire bas et avec puissance, mais le grand Cech se dresse – ou s’allonge – pour faire l’arrêt et gober le retour. Drogba se repentira lors des tirs de barrage en marquant le but gagnant pour permettre à Chelsea de mettre la main sur la Coupe aux grandes oreilles pour la première fois.

Jens Lehmann v Juan Roman Riquelme
Arsenal v Villarreal
Demi-finale retour, Ligue des champions de l’UEFA, 2006
 

Les Gunners peuvent déjà sentir l’odeur de leur première finale de la Ligue des champions, mais avec deux minutes à faire en temps régulier, le sous-marin jaune a la chance de tirer un penalty pour amener le duel en prolongation. Le maestro argentin Riquelme fait face à l’Allemand Lehmann. Le face-à-face se terminera en faveur du #1 d’Arsenal, mais il ne perd rien pour attendre : il verra rouge 18 minutes après le coup de sifflet initial de la finale.

Manuel Almunia v Anthony Knockaert
Watford v Leicester City
Demi-finale retour, playoffs de la Championship, 2013
 

On vous a déjà parlé de ce moment magique dans cette rubrique, mais ça vaut la peine d’être revu. Et revu. Et revu encore. Après que le gardien Almunia arrête le penalty et le retour, Watford contre-attaque et ira marquer le but de qualification pour la finale. Comment renverser la vapeur 101.

Evan Bush v Chris Wondolowski
Impact de Montréal v San Jose Earthquakes
Saison régulière de la MLS, 2016
 

 

Mercredi, ce n’était pas la première fois qu’Evan Bush stoppait un penalty contre San Jose. Cette fois-ci, l’arrêt pourrait représenter un tournant dans la saison 2016 de l’Impact, permettant au Bleu-blanc-noir de mettre la main sur une victoire cruciale.

Peter Schmeichel v Dennis Bergkamp
Manchester United v Arsenal
Demi-finale FA Cup, 1999
 

La classe de 1992 de Manchester United a connu son apogée en 1999 en gagnant le triplé ligue, coupe nationale et coupe européenne. Mais l’histoire aurait pu être bien différente : en demi-finale, les Red Devils ont sur leur chemin Arsenal, auteurs du doublé ligue et coupe la saison précédente. Avec le score nivelé à 1-1, Dennis Bergkamp, déjà buteur dans le match, s’avance vers le point de penalty après que Phil Neville ait fait chuter Ray Parlour dans la surface. Schmeichel se lance du bon côté et fait un arrêt solide, et Ryan Giggs marquera l’un des plus beaux buts de l’histoire de la FA Cup pour propulser United en finale.

Maxime Crépeau v Jason Yeisley
FC Montréal v Richmond Kickers
Saison régulière de la USL, 2016
 

Toujours en quête de sa première victoire de la saison, le FC Montréal mène 2-0 sur le terrain des Kickers de Richmond. Une main malchanceuse dans la surface offre la chance aux locaux de revenir dans le match, mais c’est sans compter sur Maxime Crépeau. Le gardien québécois effectue l’arrêt sur le tir de Yeisley et se dresse devant le retour pour détourner le ballon en corner. L’équipe réserve finira par gagner le match 2-1 pour engranger les trois points.

Nick Rimando v la MLS
Depuis 2000
 

Véritable légende de la MLS et particulièrement du Real Salt Lake, où il a passé les 10 dernières saisons, Nick Rimando n’a peut-être pas le gabarit typique d’un gardien, mais son intuition et ses réflexes compensent largement. Le gagnant de deux Coupes MLS a été nommé cinq fois sur l’équipe d’étoiles, en plus d’avoir remporté l’arrêt de l’année à deux reprises.

Topics: