Les ajustements de Marco Schällibaum ont porté fruit contre Kansas City

L’Impact n’allait pas se laisser marcher dessus cette fois.

Lors de leur défaite de 2-0 au Sporting Park le 30 mars dernier, les Montréalais avaient semblé désorientés, incapables de générer des occasions malgré un certain avantage en ce qui a trait à la possession du ballon (six occasions au total avec 51,8 % de la possession, une statistique toutefois biaisée par le fait que Kansas City avait marqué dès la cinquième minute). Sporting KC, pendant ce temps, avait brillamment utilisé le ballon pour franchir les lignes à volonté.

Des ajustements étaient donc nécessaires. L’impact avait joué en 4-1-4-1, mais Peter Vermes avait visiblement exigé qu’un de ses attaquants décroche constamment vers Patrice Bernier pour l’occuper pendant que le trio de milieux de terrain de Sporting KC se chargeait de Davy Arnaud et de Felipe. La solution montréalaise fait partie de leur attirail depuis quelque temps : le 4-2-3-1, avec Collen Warner aux côtés de Bernier, comme en 2012.

« Ç’a bien été à trois; ça nous a permis de neutraliser leur milieu de terrain, a indiqué Bernier à MLSsoccer.com. La dernière fois, c’était deux contre trois au lieu de trois contre trois. En première mi-temps, nous avons réussi à éviter que le jeu soit dans le milieu et que ça passe plus dans les ailes. »

« On pouvait voir que tout le monde était à l’aise, a ajouté Warner. Nous avons vraiment bien commencé le match. À mon avis, hormis le penalty, nous avons joué une première mi-temps presque parfaite. Il y avait un peu de nos habitudes de l’an dernier et un peu de la confiance accrue que nous avons étant donné ce qui se passe pour nous cette année. »

S’il est vrai que le changement n’a pas aidé l’Impact à conserver le ballon, il a cependant aidé les hommes de Marco Schällibaum lorsque Kansas City avait la possession : il a contraint les adversaires à se rendre vers les ailes, ce qui a libéré de l’espace dans le milieu pour les passes rapides des Montréalais.

« En première mi-temps, nous avons exécuté très rapidement, a souligné Bernier. On a vu des faits saillants de l’an passé : des combinaisons rapides avec Felipe, puis avec Marco [Di Vaio], puis trouver Sanna [Nyassi] en profondeur. Nous avons créé peut-être trois occasions de marquer en première mi-temps. Nous avons retrouvé un peu ce que nous avions l’an dernier. La connexion est bonne. »

Topics: