Klopas explique la titularisation de Brovsky : « C’est un gars qui s’est battu »

L'entraîneur-chef avait besoin de compétiteurs samedi

Jeb Brovsky white jersey

Photo Credit: 
USA Today Sports

MONTRÉAL – À 15 h, samedi dernier, les haut-parleurs crachaient leur musique au Stade Saputo et des reporters stupéfaits consultaient les alignements de départ du match Montréal c. Philadelphia sur leurs téléphones.

Jeb Brovsky, aligné comme défenseur gauche. La chanson qui retentissait avait beau être Won’t Get Fooled Again, de The Who, mais on nous avait bien eus.

Le jeudi précédent, l’entraîneur-chef Frank Klopas avait souligné la nécessité d’un gaucher sur ce côté de la défense de même que la concurrence nommée Eric Miller et Hassoun Camara sur la droite. Brovsky, titulaire indiscutable pour deux saisons, mais absent depuis quatre matchs, semblait bien loin du XI.

Lorsque le représentant de MLSsoccer.com a fait remarquer à Klopas, après la victoire de 1-0 des Montréalais sur l’Union, qu’il avait joué un bon tour aux médias rassemblés devant lui, l’entraîneur a rigolé. Son choix, a-t-il expliqué, reposait sur un « pressentiment ».

« C’est un gars qui s’est battu, qui a continué de travailler fort, et je savais que son moment viendrait, a indiqué Klopas. Je me demandais quel serait ce moment, et ici, à la maison, je voulais faire appel à beaucoup de vétérans qui sont ici depuis un temps.

« Je savais que ce match serait laborieux, et nous avions besoin de compétiteurs, a poursuivi Klopas. Quand je me suis levé, la première chose à laquelle j’ai pensé, c’était Jeb. Je me suis donc dit qu’il jouerait. »

« C’est un gars qui s’est battu, qui a continué de travailler fort, et je savais que son moment viendrait. »

Tandis que Brovsky rongeait son frein sur le banc pendant le mois d’avril, des centaines de partisans lui ont fait part de leur soutien sur Twitter. Un de leurs favoris en raison de son implication sociale, de ses qualités de guerrier sur le terrain et de son comportement exemplaire dans la vie de tous les jours, Brovsky est même l’inspiration derrière le concept d’un groupe de supporters qui compte maintenant cinq chapitres dans autant de villes.

Si les partisans étaient soulagés, samedi, le principal intéressé l’était encore plus.

« Je n’en savais rien, a répondu Brovsky lorsqu’on lui a demandé s’il pensait commencer le match. J’ai lu les commentaires [de Klopas], et évidemment, on n’est pas toujours d’accord avec certaines choses, mais c’est lui l’entraîneur et il prend les décisions. Mais je suis heureux qu’il ait pris celle-ci aujourd’hui. »

Olivier Tremblay est journaliste attitré à la couverture de l'Impact pour MLSsoccer.com

Read this article in