L'Impact veut faire mieux que sa deuxième mi-temps à Chicago

L'équipe veut prendre contrôle de sa destinée ce soir à Houston

Olivier Tremblay est journaliste attitré à la couverture de l'Impact de Montréal pour MLSsoccer.com

MONTRÉAL – Depuis le début de la saison, l’Impact de Montréal martèle qu’on ne peut maîtriser que ce qu’on fait et non ce que l’adversaire fait.

Par conséquent, avant que les joueurs de l’Impact ne décollent pour Houston en vue du match de ce vendredi contre le Dynamo, ils ont moins parlé des deux impressionnantes victoires déjà acquises en 2013 contre leurs prochains adversaires que de ce qu’ils peuvent améliorer par rapport à leur rendement en deuxième mi-temps contre Chicago, samedi dernier.

Après une bonne première mi-temps montréalaise, l’entraîneur-chef du Fire, Frank Klopas, a jeté un bâton dans les roues de l’Impact en apportant deux changements à la pause. L’entraîneur-adjoint Mauro Biello a senti que l’ajout d’Alex, tout particulièrement, a occupé Patrice Bernier devant la défense, ce qui a permis à Mike Magee d’exploiter certains espaces et d’effacer l’avance de 1-0 de l’Impact.

« Nous n’avons pas été assez bons à la récupération et à la relance, a indiqué Biello ce mardi. Nous perdions le ballon tout de suite. Dans une situation comme ça où tu redonnes le ballon tout de suite en transition, tu deviens plus désorganisé et c’est ce que nous avons vu. Aujourd’hui, nous tentons de corriger ces petits problèmes des trois au milieu quand quelque chose comme ça arrive. »

Au bout du compte, Montréal a grappillé un point grâce au remarquable but égalisateur de Maxim Tissot, mais une certaine déception demeure. Selon l’attaquant Marco Di Vaio, la lenteur de l’Impact à réagir d’un point de vue tactique en deuxième mi-temps « n’est pas inquiétant, mais nous devons faire mieux, car, en séries, si nous jouons 30 minutes comme à Chicago, ce sera difficile de progresser. » Il faudra d’abord que l’Impact se rende en séries.

Avec une victoire, le Dynamo pourrait passer devant l’Impact en troisième place dans l’Est, mais les Montréalais, qui auront encore un match en mains sur Houston, se frotteront ensuite à deux rivaux dans la course aux séries, l’Union et le Revolution, à domicile, en plus d’affronter deux voyages compliqués à Los Angeles et à Toronto. L’impact devrait demeurer au-dessus de la ligne rouge avec deux victoires au Stade Saputo, mais l’équipe veut y ajouter des résultats à l’étranger – mais avec la manière.

« À ce moment de la saison, nous savons qu’un point sur la route contre une équipe qui nous talonne serait un bon résultat, a reconnu le capitaine Davy Arnaud, mardi. Ce n’est pas que nous ne sommes pas en mesure de gagner le match – je crois que nous pouvons le faire –, mais je crois que si nous nous concentrons sur le fait qu’en arrivant là-bas, nous commençons avec un point à 0-0, et que nous pouvons conserver ce point, ce serait une bonne chose. »

Read this article in