Les chiffres le prouvent : l'Impact est la meilleure équipe canadienne dans l'histoire de la MLS

Montréal a battu deux records la semaine dernière

MONTRÉAL – Discrètement, et avec huit matchs à jouer, l‘Impact a battu deux records le week-end dernier.

En atteignant les 45 points dans sa victoire de 4-2 en Nouvelle-Angleterre, l’Impact n’a pas seulement surpassé ses 42 points amassés à sa première saison en MLS; il a aussi battu le record canadien de 43 points en MLS établi la saison dernière par les Vancouver Whitecaps – qui dépasseront probablement ce nombre en 2013 eux aussi, mais pourraient ne pas se qualifier pour les séries comme l’an dernier.

Questionnés à ce sujet mardi, Jeb Brovsky et Patrice Bernier ont tous deux admis qu’ils n’avaient pas vraiment eu ces records en tête. Mais le fait de les avoir battus à ce moment de la saison motive bel et bien l’équipe, qui profite ainsi d’une intéressante marge de manœuvre pour étonner davantage.

« Il faut toujours se surpasser, a indiqué Brovsky lors d’un entretien à MLSsoccer.com. En regardant ce que nous avions fait l’an dernier, nous avons déterminé qu’il s’agissait d’une bonne saison. Mais elle n’était pas excellente. Et ces jours-ci, nous regardons du côté de New York et de Kansas City et nous essayons de faire mieux. Nous devons nous efforcer de faire quelque chose de nos deux matchs en main. »

Comme décrocher une place en séries le plus rapidement possible, a suggéré Bernier.

« Nous ne savons pas ce qui va arriver dans les huit matchs restants, mais si, après quatre, tu te qualifies, tu peux ensuite te battre pour avoir l’avantage du terrain, a affirmé Bernier en entrevue à MLSsoccer.com. Finir premiers [au classement général], ce serait vraiment spécial pour une équipe jeune comme la nôtre en MLS. »

Et s’il est vrai que Bernier martèle que l’Impact doit d’abord se qualifier pour les séries et ensuite penser à d’autres objectifs, il semble y avoir une impression au sein de l’équipe que sa saison 2013 pourrait marquer l’imaginaire du club – et du soccer canadien.

 « Avec huit matchs à faire, nous pouvons établir une marque qui sera peut-être un standard pour les prochaines années, a avancé Bernier. On ne sait jamais – l’équipe pourrait beaucoup changer au cours de la prochaine année ou des prochaines années –, mais cette année pourrait être spéciale non seulement par le fait d’atteindre les séries, mais par tout ce que ça implique après. Nous sommes actuellement la meilleure équipe canadienne, et 2013 pourrait rester dans les annales pour l’Impact de Montréal et pour les équipes canadiennes en MLS. »

Read this article in