Hassoun Camara a souffert, mais n’est pas blessé

Le défenseur prêt pour le prochain match à Portland

Hassoun Camara Eddie Johnson Seattle

Photo Credit: 
USA Today

Lorsqu’il y a possibilité de blessure à la tête, il vaut mieux être trop prudent que pas assez. Heureusement, Hassoun Camara se porte à merveille.

Le Français aurait mérité un bain de glace pour sa prestation dans la victoire de 1-0 de l’Impact de Montréal contre les Seattle Sounders, samedi dernier. Non seulement a-t-il suivi les appels du rapide Steve Zakuani pendant 84 minutes, mais il a également bloqué six centres dont deux ont laissé des traces.

Le premier, une tentative de Mario Martinez au cours des arrêts de jeu de la première mi-temps, a carrément coupé le souffle de Camara en lui frappant l'abdomen. Le second, décoché à la 71e minute par Leonardo Gonzalez, a heurté Camara à la tête et l’a durement envoyé au tapis.

« C’était un ballon fort, et par sens du sacrifice, j’ai levé la tête pour le bloquer, raconte Camara à MLSsoccer.com au téléphone de Portland, en Oregon. Je l’ai pris en pleine tempe. »

Visiblement sonné, l’arrière droit est sorti sur civière. Malgré tout, alors qu’il reprenait ses sens, il a insisté pour continuer de jouer.

« Jean-Sébastien [Rondeau, thérapeute de sport] m’a demandé d’arrêter absolument, explique Camara. J’ai voulu continuer, et je l’ai convaincu de rester environ cinq minutes. »

LIRE: Bernier à la hauteur dans un rôle plus défensif

Ce retour éclair a pris fin lorsque Camara s’est doucement assis dans la surface de réparation, Davy Arnaud et Alessandro Nesta s’empressant de faire signe à l’arbitre Silviu Petrescu que leur coéquipier avait peut-être subi une blessure à la tête.

Camara l’admet volontiers : c’était le moment d’être raisonnable.

« C’est vrai que c’était délicat, alors j’ai préféré écouter Jean-Sébastien et sortir, relate l’athlète de 29 ans. Il ne restait que cinq minutes de jeu et il fallait absolument protéger notre avance. C’était préférable de faire entrer un joueur qui était à 100 %.

« Mais maintenant, ça va bien. Vraiment, vraiment bien. »

Read this article in