Il y a place à l'amélioration selon Marco Di Vaio : « J’aurais pu marquer deux ou trois buts contre NY »

MONTRÉAL – La mentalité de nombreux attaquants est un peu comme celle d’un bourreau de travail : même s’ils ont fait ce qui leur était demandé, ils ressentent une forte envie d’en faire encore plus.

Comme ses coéquipiers, l’attaquant de l’Impact de Montréal Marco Di Vaio était très heureux samedi soir dernier après la victoire de l’Impact sur les New York Red Bulls par la marque de 1-0. Or, malgré une lumineuse performance au cours de laquelle son positionnement et son intelligence ont semé le doute chez les défenseurs des Red Bulls, Di Vaio persiste et signe : il aurait pu en faire plus.

« Aujourd’hui, j’aurais pu marquer au moins deux, voire trois buts si j’avais mieux joué, a admis Di Vaio aux reporters agglutinés près de lui dans le vestiaire de l’Impact. Mais je suis content, car nous avons gagné contre un match difficile contre une grande équipe. »

Tableau OPTA: Les Red Bulls dominent au niveau de la possession mais l'Impact profite de ses occasions de marquer

Le constat de Di Vaio est valide, mais il n’en reste pas moins que son but a changé le résultat du match en plus de préserver la fiche parfaite des Montréalais.

Il est vrai qu’il a complètement raté sa tentative de tir sur le centre parfait d’Andres Romero à la 69e minute. Il est aussi vrai que le gardien des Red Bulls, Luis Robles, l’a frustré deux fois dans les 20 dernières minutes. Mais l’entraîneur de Di Vaio a préféré, comme les milliers de partisans montréalais qui ont accueilli la fin du match de ce samedi avec cris de joie et applaudissements pour leurs favoris, prendre note des signaux encourageants lancés par l’Italien.

« Ça fait partie du foot, a dit Marco Schällibaum au sujet des occasions ratées. C’aurait peut-être été mieux pour mon cœur de faire le 2-0 et le 3-0, car nous aurions pu être plus tranquilles dans les 10 dernières minutes. Mais il a travaillé, il a eu des occasions, il s’est rendu dans la surface; on voit déjà là qu’il a fait un bon travail. »

« Chaque match, nous allons vers l’avant. Je me sens mieux et nous nous trouvons mieux en tant qu’équipe. »

S’il est une chose sur laquelle Di Vaio et Schällibaum s’entendent, c’est que le numéro 9 de l’Impact prend un bon rythme.

Topics: