TVA Sports : L'Impact U21, une équipe prometteuse

 

Un reportage de TVA Sports

L'équipe des moins de 21 ans de l'Impact a le vent dans les voiles.

En remportant son dernier match, mercredi, face à Toronto, l'équipe a signé sa neuvième victoire consécutive. Les deux formations se retrouveront dimanche, en quarts de finale.

«On les a battus deux fois cette année, donc ce sont eux qui sont dans la position des négligés, a indiqué Wandrille Lefevre, milieu de terrain. On ne prend pas ce match à la légère et on va l'aborder avec le même sérieux que nous avions cette saison.

Même si les deux équipes n'évoluent pas au niveau professionnel, la rivalité qui anime les deux villes est bien réelle.

«Elle est même un peu plus forte je dirais, a affirmé Philippe Eulafroy, l'entraîneur de l'équipe montréalaise. Ce sont des jeunes qui se côtoient aussi en sélection nationale, alors bien évidemment, ils s'envoient beaucoup de petites blagues. C'est un historique qui existe depuis trois ans avec le Toronto FC.»

Comme l'équipe a terminé au deuxième rang, elle disputera son match face aux rivaux torontois à domicile, au Stade Saputo, qui sera ouvert au public.

Un programme sur mesure

Au sein de l'organisation montréalaise, les jeunes joueurs sont formés dans le moule de l'Impact, et l'équipe des moins de 21 ans pratique le même style de jeu que le grand club.

«Notre style de jeu ressemble beaucoup à ce qui se fait en MLS, a expliqué le défenseur québécois Maxim Tissot. Le jeu est rapide, c'est du jeu à une touche, deux touches. Lorsque l'on arrive avec l'Impact, on est prêts. Tous ceux qui y sont allés ont bien fait.»

«Les entraîneurs se parlent et essayent d'inculquer les valeurs jusqu'au plus bas, jusqu'au moins de 12 ans, a renchéri le gardien Jason Beaulieu. C'est bien parce que tout le monde pense de la même façon, alors quand on arrive avec les pros, on est déjà un peu intégrés.»

Une belle expérience

Cette année, l'équipe des moins de 21 ans s'est envolée vers la France afin de se mesurer aux meilleurs clubs du pays. Une expérience formidable certes, mais aussi très révélatrice.

«Ça c'est très bien passé, a commenté Eulafroy. On a fait deux nuls et une victoire, donc ç'a validé cet investissement, ç'a validé le fait qu'ils étaient sur la bonne voie et ç'a validé le fait qu'ils étaient au même niveau que les autres en Europe.»

«À partir de là, on est revenus avec une bonne dose de confiance, a ajouté Lefevre. On s'est dit que si on avait fait ça contre les meilleurs centres de formation français, il n'y avait aucune raison que personne ne vienne nous perturber!»

(D'après un reportage de Corinne Jean)

Topics: